lundi 13 octobre 2014

"THE RAY GILLEN STORY" (2ème Partie) par Philou




RAY GILLEN  (12/05/1959 - 03/12/1993)



A lire PREMIÈRE PARTIE ici : the-Ray Gillen Sstory (1ere-partie)


Dès les 1ères notes, le groupe tient ses promesses.... c'est du haut niveau, du très haut niveau !!!!  Le titre "High Wire" ouvre les hostilités et donne tout de suite le ton de l'album : du hard/bluesy avec riffs appuyés, solos subtils, rythmique impeccable, le tout porté par la voix de Ray Gillen, un chanteur qui est sorti largement diplômé des écoles Robert Plant, David Coverdale & Paul Rodgers
Rien à jeter sur cet opus, tout est excellent et joué avec classe et honnêteté. Ici pas de poudre aux yeux, c'est du costaud et l'alchimie musicale entre Jake E. lee et Ray Gillen, qui ont laissé leur égo en dehors du studio, fonctionne (pour le moment) admirablement bien. Des chansons comme "Dreams In The Dark", "Streets Cry Freedom" ou le très Zeppelinien  "Winter's Call" sont vraiment très abouties avec un Ray Gillen au sommet de son art.
La musicalité extrêmement riche, la technique sans exhibitionnisme et l'inspiration dans les compositions, font de ce 1er essai un coup de maitre. Il rencontrera par ailleurs un beau succès aux States, mais un peu moins en Europe et je vous conseille (si vous arrivez à le dénicher) de prêter une oreille attentive à ce petit chef d’œuvre.

"Voodoo Highway" (1991)
En décembre 1991, Eric Singer rejoint KISS pour remplacer Eric Carr, décédé un mois plus tôt, le 24 novembre 1991. Pour la réalisation de leur prochain album "Voodoo Highway", Lee et Gillen font appel à l'ancien  batteur de RACER X, Jeff Martin. Mais les 2 leaders du groupe commencent à être en désaccord sur l'écriture et des tensions commencent à pourrir la bonne ambiance des débuts. Pour couronner le tout, Atlantic Records rompt leur contrat après la sortie de "Voodoo Highway", suite à des désaccords concernant l'orientation musicale du groupe. "Voodoo Highway" arrive pourtant dans les bacs en juin 1991 et le groupe part en tournée à travers les États-Unis et en Angleterre.
L'album vaut encore largement le détour avec une ambiance toujours très bluesy et un son plus proche du hard rock des années 70 que du métal des années 80/90.
Des chansons comme "The Last Time", "Whiskey Dust" (un petit bijou !), "3 Day Funk" (une tuerie !), "Silver Horses" et le blues acoustique "Voodoo Highway" mettre vraiment en valeur le talent des 4 musiciens. A noter également une magnifique version de "Fire And Rain" de James Taylor.
Le disque s'achève tranquillement avec une chanson a cappella de Ray Gillen, histoire de donner une nouvelle preuve de la polyvalence de sa voix.


Malheureusement, Jake E. Lee et Ray Gillen ne vont plus supporter bien longtemps.....

"Dusk" (1998)
Un 3ème album est prévu et le groupe commence à travailler sur de nouvelles chansons. 
En juillet 92, lors d'un concert à L'Astoria de Londres, Gillen et Lee, règlent leurs comptes sur scène devant des spectateurs médusés. Malgré tous ces incidents, le concert est exceptionnel !!! Pour la petite info, un bootleg intitulé "Live At The Astoria '92" enregistré pendant cette soirée, est disponible sur le net.
Ray Gillen quitte ses compagnons après la tournée anglaise. Jake E.Lee annonce à la presse qu'il va continuer avec John West comme nouveau chanteur, mais finalement le groupe ne survivra pas au départ de son chanteur charismatique. "Tribal Moon", l'album avorté de BADLANDS sera finalement publié au Japon en 1998 sous le nom de "Dusk". Avec le consentement des anciens membres et suite à l'accueil favorable des fans, il sera ré-édité en Europe en 2000.
En fait, ce sont des démos enregistrées à l'époque, qui ont refait surface et qui n'ont jamais été remixées. Bien que le son soit tout à fait correct, l'ensemble reste brut et assez uniforme. Les compos sont moins puissantes que sur les deux premiers albums, mais la guitare de Jake E.Lee et la voix de Ray Gillen justifient largement l'existence commerciale de ce dernier témoignage discographique de BADLANDS.


Après La séparation de BADLANDS, Ray Gillen reste à Los Angeles et essaye de s'impliquer dans de nouveaux projets qui n'aboutiront finalement pas.
Toutefois, on retrouve sa voix exceptionnelle sur 1 titre de l'album de George Lynch "Sacred Groove" et également sur "Raid", un projet du guitariste virtuose japonais Atsushi Yokozeki, qui a réussit l'exploit de réunir pour cet enregistrement, des pointures comme Kelly Hansen, David Glenn Eisley, Cherie Currie, Brad Gillis, Jake E. Lee, Graig Goldy, Tim Bogert, Rudy Sarzo, Jeff Pilson, Chuck Wright, Greg Chaisson, Carmine Appice, Frankie Banali, James Kottak, Bobby Blotzer & Ken Mary ....excusez du peu !!!
Ray Gillen (déjà très malade) en 1993, avec Glenn Hughes & George Lynch
Il rentre à New-York pour monter un groupe avec son vieux pote Bobby Rondinelli. Mike Starr, l'ancien bassiste d'ALICE IN CHAINS et le guitariste Al B. Romano complètent la formation. Ray baptise la formation SUN RED SUN, en référence à une chanson de BADLANDS. Un album est enregistré à l'Electric Lady Studio, les enregistrements issus de ces séances seront les derniers de Ray Gillen, déjà très malade. Attention, dans SUN RED SUN, plus d'ambiance bluesy, c'est du Heavy Metal sévèrement burné qui flirte parfois avec le Speed Metal.
Très diminué depuis quelques mois, Ray Gillen décède le 1er décembre 1993, suite à des complications pulmonaires liées au sida.
L'album de SUN RED SUN ne sera édité que 2 ans après la mort de Ray Gillen qui est présent sur la moitié des titres et c'est John West qui terminera les parties vocales.

Chanteur doté d'une voix extraordinaire et d'un charisme impressionnant, RAY GILLEN mérite, aujourd'hui, la reconnaissance qu'il n'a pu obtenir de son vivant....

* "3 Day Funk" du 2ème album Voodoo Highway" de BADLANDS.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire