lundi 28 mars 2011

THE BEACH BOYS - " Summer In Paradise" (1992) par Philou


Le dernier album des Garçons de la Plage

En réalité, le dernier album des Beach Boys fut "Stars and Stripes", en 1996, une collaboration avec les Stars de la musique country américaine. Bien qu'il soit considéré  comme un album des Beach Boys dans leur catalogue, ce n'est pas vraiment le cas, les Beach Boys ne participant uniquement aux chœurs sur des reprises de leurs plus grands succès.
Donc, en réalité leur dernier album studio c'est bien "Summer In Paradise", il date de 1992 et reste leur dernière collaboration ensemble.
En écoutant ce disque, on rend bien  compte que les Beach Boys courent toujours après les sons du surf et de l'été, 30 ans après leur premier grand succès aux États-Unis, "Surfin' USA ", qui avait  propulsé l'album du même nom à la tête des charts US.
Brian Wilson est (encore) visiblement absent, mais il reste encore ici et là, quelques harmonies vocales cristallines et somptueuses qui ont fait la légende des Beach Boys.
Reste de la formation mythique uniquement, Carl Wilson, Mike Love, Al Jardine et l'intermittent controversé Bruce Johnston .
L'album, mal accueilli par la critique et par les fans ne rencontrera pas le succès espéré et à ce jour, n'a même pas été réédité.

Mike Love
Le boss des Beach Boys dans les années 90, c'est Mike Love, le gars à la voix nasillarde qui chante sur un bon nombre des classiques du groupe : "Surfin' Safari", "Fun, Fun, Fun","California Girls", "Surfin' USA" ou "I Get Around"... En plus de chanter les plus grands tubes du groupe, il a également écrit ou un paquet de chansons avec ses cousins Wilson.
Six des morceaux sur les douze de cet album ont été co-écrits par Mike Love  en collaboration avec le producteur Terry  Melcher. On trouve également deux reprises de leurs anciennes chansons : "Surfin" (leur premier single, paru en 1961) et "Forever" (parue sur Sunflower en 1970).
Sur cette galette estivale, on peut écouter "Hot Fun In The Summertime" encore un reprise, mais de Sly And The Family Stone et "Remember Walking In The Sand" des Shangris-Las.

Pas mal de reprises diront les rabat-joie, manque d'inspiration diront ceux qui n'ont jamais pu encaissé le malheureux Mike Love, certes il n'a pas le statut légendaire de son cousin Brian Wilson, mais c'est quand même lui qui a apporté en 1988, sur un plateau doré le single "Kokomo" qui connaitra un joli succès dans les charts du monde entier et à ceux qui aurait perdu un peu la mémoire, c'était leur premier n°1 aux USA depuis........"Good Vibrations" en 1966 !!!
 Malgré sa mauvaise réputation, je dirai donc que cet album est loin d'être aussi mauvais que cela, mais reste à des années lumières des chef-d'œuvres du groupe comme "Pet Sounds", "Surf's Up", "Holland" ou "The Beach Boys Love You".
L'une des meilleures chanson de l'album c'est "Still Surfin" chantée par Mike Love, une mélodie exceptionnelle qui nous rappelle le son des débuts, avec des chœurs semblables à "Don't Worry Baby". 
"Island Fever" chantée par Carl Wilson est également bien foutue, dans la même veine que "Kokomo" mais reste un ton bien en dessous. Par contre, la nouvelle version de "Surfin" est pas terrible et je comprend que les puristes la déteste.
Avec "Summer Love" les Beach Boys essaye de nous surprendre,  mais ils restent enlisés dans un espèce de pseudo-rap qui veut tenter une percée radiophonique téléphonée...
On passe rapidement sur les reprises, "Hot Fun In The Summertime" de Sly et sa famille et sur "Remember Walking In The Sun" des Shangri-Las, aucun intérêt.
"Slow Summer Dancin' (One Summer Night)" est interprétée par Bruce Johnston, une ballade romantique, un slow langoureux, avec solo de saxo et tous les ingrédients pour faire craquer sa douce...
Malheureusement, "Under the Boardwalk" n'est pas la seule piste qui manque sa cible, l'autobiographique "Summer In Paradise" apparait également un peu superficielle et facile, un recyclage des vieilles recettes des Beach Boys.
John Stamos avant qu'il ne chante sur le disque des Beach Boys.
La reprise du merveilleux "Forever" de  Denis Wilson sur l'album de 1970 Sunflower est complétement inutile et déplacée.
Elle est chantée par un bellâtre acteur-chanteur américain du nom de John Stamos. Si John se demande pourquoi sa sublime épouse Rebecca Romijn est partie, c'est probablement parce qu'elle l'a quitté pour le fantôme de Denis qui ne s'est toujours pas remis de ce remake racolleur.
Heureusement les harmonies somptueuses de "Lahaina Aloha"  fout mouche et la sublime voix de Carl Wilson  fait des miracles sur cette chanson dédiée à la merveilleuse ile tropicale.
Et Al Jardine, qu'est ce qui fout me demanderez-vous ??? Ben, il l'a chante sa petite chansonnette "Strange Things Happen" et plutôt bien même, un bon titre mais très différent de ce que les Beach Boys ont fait jusque là.



Au final, un disque tout juste moyen, dirigé par Mike Love, presque un disque solo, mais par respect pour ces immenses artistes et pour leur contribution à la musique populaire, je demande la clémence des juges....




Aucun commentaire:

Publier un commentaire