samedi 10 août 2013

Petit concert Mozart et Haydn par l'Orpheus Chamber Orchestra - par Claude Toon



- Vous nous offrez un p'ti concert M'sieur Claude ?
- Oui, et comme dans une salle : un joyeux concerto pour débuter et une jolie et douce symphonie en seconde partie…
- Vous avez déjà souvent parlé de l'Orpheus Chamber Orchestra les années passées je crois ?
- Oui et justement dans des chroniques estivales, à propos de musiques légères : le canon de Pachelbel, Albinoni, etc…
- C'est un concert court ?
- Oui, comme prévu cette été : deux œuvres de 20 minutes, à écouter au calme…

Le concerto de Mozart pour flûte et harpe interprété par l'Orpheus Chamber Orchestra est disponible dans un coffret de 3CDs qui réunit les concertos pour vents de Mozart. Un coffret de la collection "Trio" du label Dgg. On y trouve des concertos pour flûte, mais aussi pour hautbois, cor (4 petits ouvrages) et basson et, bien entendu, celui pour clarinette, une œuvre plus tardive, le concerto le plus abouti de l'époque pour cet instrument qui venait de naître. J'avais consacré en son temps un article au disque de Benny Goodman jouant ce concerto (clic).
Petit rappel pour ceux qui auraient manqué des épisodes, l'Orpheus Chamber Orchestra est une formation orchestrale qui réunit des solistes des meilleurs orchestres de la côte est des États-Unis. L'orchestre joue sans chef dans un répertoire large, qui va du baroque à la musique de notre temps. Les instrumentistes n'adoptent pas pour les œuvres du siècle des lumières des instruments d'époques, non ils préfèrent limiter leur effectif si nécessaire, et leur virtuosité (qui est grande) fait le reste. Depuis plus de trente ans d'existence, la discographie s'est étoffée mais n'a peut-être pas la diffusion qu'elle mérite en France (clic) (clic).
Pour débuter ce petit concert estival : le concerto pour flûte et harpe. C'est un mariage heureux entre deux instruments au son cristallin. Ce petit bijou de fantaisie a été écrit par un Mozart de 22 ans. Il fut composé pour les enfants du duc de Guisnes (Non Philou, pas l'inventeur d'une bière), qui jouaient l'un et l'autre de ces instruments. Trois mouvements dont les tempos montrent un souci de proposer un divertissement : Allegro - Andantino - Rondo : Allegro. Je parle de divertissement par opposition aux derniers concertos pour pianos de Mozart plus psychologiques voire tourmentés. On écoute… L'Andantino est d'une sensualité juvénile extraordinaire…



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~  ENTRACTE  ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

XXXX
Joseph Haydn a composé 104 symphonies ! Le chiffre paraît important, mais le compositeur a composé jusqu'à l'âge avancé de 75 ans, une situation rare à cette époque là. De plus, il avait la plume facile et inventive. Il n'y aucun déchet dans ces symphonies. J'avais abordé le sujet à propos des 12 dernières dites Londoniennes dans une chronique consacrée également au chef anglais et pittoresque Sir Thomas Beecham. Je ne reviens pas sur les détails musicologiques et biographiques concernant Haydn (clic).  
La symphonie n°49 de Haydn porte le nom évocateur de La Passione sans doute parce qu’elle fut écrite un vendredi Saint. Elle fait partie de cette période de composition de symphonies surnommée Sturm und Drang (Tempête et passion). Elle annonce dès 1768, date de sa composition, le romantisme. C'est une belle œuvre poignante vu la source de son inspiration. Elle commence, chose inhabituelle en cette époque classique, par un adagio sombre mais serein. Elle est orchestrée simplement, pour des cordes et seulement 2 hautbois et 2 cors, ainsi qu'un continuo du clavecin. Une bouleversante exception dans l'œuvre plutôt facétieuse et colorée de ce compositeur. Elle comprend 4 mouvements :
I Adagio - II Allegro di molto - III Menuet - Trio - Menuet - IV Finale. Presto. Une musique recueillie certes, profondément intime, mais absolument pas triste. Le presto final est une course folle et pathétique…



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~  Clap Clap Clap Clap  ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire