jeudi 29 mars 2018

GERARD MANSET "long long chemin" (1972 -édition Cd 2017)


Cet album est chronologiquement le troisième de Gerard Manset après "Manset 1968" et  "La mort d'Orion" (1972) . J'avais aux débuts de ce blog l'ambition de chroniquer tous les albums de Manset mais devant l’ampleur de la tache  je me suis arrêté ...au premier (chronique). Ce qui me fait y revenir aujourd'hui c'est que cet album vient d'être réédité en CD,  ce qui paraîtrait banal pour un autre artiste mais  est un vrai événement concernant  Manset !

Et là je vais pousser un petit coup de gueule : Gérard (je me permets de te tutoyer, y'a prés de 40 ans que je te connais) arrête de te foutre de notre gueule, redescends de ton piédestal et cesse de prendre tes fans pour des cons avec tes rééditions à la mords moi le noeud. Alors oui ok tu es propriétaire de ton oeuvre mais je pense que moi aussi un peu qui étudiant économisait pour m'acheter tous tes vinyles  avec quelques dizaines de milliers d'autres qui aimaient tes disques. Alors tes rééditions en dépit du bon sens  tu peux te les carrer où je pense, et c'est le sentiment général de tous tes fans, va voir les avis sur les forums, tu ne seras pas déçu du voyage.

le coffret /foutage de gueule
Pourquoi éditer un CD sous le titre "Royaume de Siam" alors que sur 13 titres il n'y en a que 5 issus de ce formidable album alors qu'on y trouve un de tes pires titres, "Marin bar", issu lui de l'album suivant, pourquoi aller coller "Maubert" (un titre faible de "Comme un guerrier" 1982) dans l'album "2870" de 1978, pourquoi publier une soit disant intégrale de 19 CD en virant comme des malpropres 32 titres (!) issus de tes 11 premiers albums de 1968 à 1982, ta meilleure période ? Et pourquoi diable  saucissonner tous tes albums en en faisant des assemblages sans queue ni tête ? Comme le dit joliment un internaute sur le site d'un géant-américain-du-commerce-en-ligne-qui-ne paie-pas- d’impôts-en-France "il compile en solitaire"(1)... Gégé, n'oublie jamais que ce sont tes fans qui t'ont fait, faudrait peut être penser à leur rendre et leur faire plaisir au lieu de leur faire s'arracher les cheveux, alors arrêtes un peu et propose nous des rééditions en bonne et due forme de "Manset 68", "Manset 75" (y'a une route'), "Rien à raconter", "2870", "Royaume de Siam", "L'atelier du crabe", "Le train du soir" et "Comme un guerrier".

Dans son délire révisionniste de son oeuvre, Manset avait annoncé avoir détruit les matrices de son l'album de 1972 qui ne lui revenait pas, et là miracle, car parallèlement au honteux coffret Mansetlandia dont je parlais plus haut, voici cet album en CD, avec une track-list conforme à l'original, incroyable!

Cet album  sans nom que l'on baptisera "Manset 1972", que les fans nommeront aussi "l'album blanc" - référence au White album des Fab Four -  ou "Long long chemin", le titre phare de l'album.
Un album qui vient après le grandiose opéra rock spatial "La mort d'Orion", pompeux diront certains et c'est vrai que cette oeuvre inclassable peut désorienter, entre rock progressif, folk, musique classique et chanson française...
"Long long chemin" commence par une longue intro mystico/planante avant une très belle pièce ou Manset se fait (presque) ménestrel, du folk progressif  made in Manset, plutôt joyeux que torturé, un bijou à 8/10 sur l'échelle de Manset qui en compte 10... ("tous les matins sont les mêmes/qu'ils soient de plume ou de paille/ou de tessons de bouteille/qu'ils soient d'ombre ou qu'ils soient de soleil/si tu veux trouver l'autre demain/ c'est un long long chemin")
"Ne change pas" est plus grandiloquent avec des cordes et une orchestration assez proche de ce qu'on peut trouver dans "la mort d'Orion". "Celui qui sera demain" sert d'intro à  "Celui qui marche devant", encore un classique de Manset, assez typique de celui ci, simple, dépouillé et riche et complexe à la fois. Que dire de "L'oiseau de paradis", un petit bijou pop quasi hippie . Comment un tel titre n'a pas fait un "tube" alors que cette année là triomphaient sur les ondes franchouillardes Stone & Charden, Ringo ou Frédéric François? "Donne moi" beau morceau mélancolique  avec beaucoup de piano" et en conclusion  "Jeanne d'Arc", autre classique "Manséen", un peu pompeux certes mais d'une beauté imparable. A noter que quelques mois auparavant, en Mars 71, Léonard Cohen avait sorti  Joan of Arc (qui sera superbement adapté en français par Graeme Allwright).

Pas le meilleur Manset pour moi comme j'ai pu le lire parfois mais à mon sens il n'y a pas de meilleur Manset, juste des pierres d'une oeuvre totalement unique dans  la musique française (je ne dis  volontairement pas "dans le rock français" ou "dans la chanson française" ) et cette pierre-ci contient son lot de pépites ("long long chemin", "l'oiseau", "Jeanne d'Arc") , totalement indispensable pour tout fan, enfin s'il en reste après les raisons exposées au début de cette chronique...

(1) allusion bien sur au (seul) tube de Manset "il voyage en solitaire" (1976)

ROCKIN-JL





7 commentaires:

  1. Ah Manset! Il y a 50 ans j'achetais son premier LP , enthousiasmé par "Animal...." , la suite m'a scotché "La mort d'Orion" une splendeur ! a cette époque j'étais plutôt branché premier Airplane , Dead et Quicksilver , ce qui venait de l'hexagone me laissait indifférent, mais Manset !!!! J'ai décroché après "Matrice" . Tu as raison au sujet de ses rééditions , l'artiste n'a plus rien à dire, mais faut bien bouffer alors il vit sur les réserves.... Je n'ai jamais racheté les rééditions cd mais conserve précieusement les LP d'origine. A + Cordialement. JP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui JP le mieux est de garder les 33 tours...et certains originaux doivent avoir une belle cote

      Supprimer
  2. Est-ce qu'on sait pourquoi il fait ça ? Est-ce lui, où la maison de disque qui a la main sur ces rééditions ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, non, Manset a la main sur ces rééditions, ce n'est pas la maison de disques. c'est par excés de perfectionnisme qu'il fait ça; pour faire disparaître du catalogue certaines de ses oeuvres de jeunesse qu'il n'aime plus...

      Supprimer
  3. Je suis allé voir sur la toile... J'ai trouvé des articles très intéressants, dont un certain Rockin'jl (un mec bien à n'en pas douter). Manset voudrait disparaitre en tant qu'artiste (vision romantique de l'artiste maudit qui a fait son temps ?), et donc, il sabote ses rééditions... Mais c'est con, car il se prive de droit d'auteurs, car ses fans ne t'ombreront pas dans le panneau... Ce serait bien d'avoir son avis à lui...

    Je confesse mal connaitre Manset, "Orion" semble être son chef d'œuvre, Est-ce que je dois investir ? Et du coup, quelle version ?

    RépondreSupprimer
  4. houla pas facile de s'y retrouver pour commencer du Manset! l'ideal : se procurer des vinyles , "la mort d'orion", "manset 1972", "manset 1975 (y'a une route)", "2870", "royaume de siam", "l'atelier du crabe", "comme un guerrier" sont d'excellents albums de la période 68-82, ma préférée. En cd il n'y en a que 2 qui sont fidèles aux originaux : "la mort d'Orion" et ce "long long chemin", tous les autres cd sont des compiles de bric et de broc ...

    RépondreSupprimer
  5. C'est "Jeanne" et non "Jeanne d'Arc". Même si on ne peut s'empêcher de penser à cette dernière en écoutant le titre.

    RépondreSupprimer