mercredi 18 janvier 2017

GOV'T MULE "The Tel-Star Sessions" (2016), by Bruno



     Et bien non, malheureusement, il ne s’agit pas du dernier disque du fameux groupe de Warren Haynes et de Matt Atbs. Ces deux derniers faisant apparemment une longue pause pour se consacrer à d’autres projets personnels. En attendant, les disques de Gov’t Mule ne cessent de sortir, profitant d’un engouement toujours présent, tout en le pérennisant.


Ainsi, depuis leur dernier disque, « Shout ! », en 2013, quatre enregistrements publics sont sorti sur le marché. Cette année, on racle les fonds de tiroirs pour sortir les premières bandes d’enregistrement que le trio avait réalisées en juin 1994 aux studio Tel-Star de Floride. Avec feu-Allen Woody.
Alors, dès les premiers instants de « Blind Man in the Dark » on constate que le petit collectif  était déjà fort bien rodé, tout comme son répertoire. Ainsi, les titres ne différeront que très peu lors de la prise définitive. On note juste quelques menues différences au niveau de quelques passages de solo et une basse souvent un peu plus en avant, un chouia plus fuzzy, parfois proche d’un Félix Pappalardi.
La production est minimale, voire inexistante car on sent bien que ces morceaux ont été enregistrés live, d’un trait. Avec pour conséquence, une tonalité légèrement plus rugueuse, plus crue, relativement plus boisée, mais aussi plus sombre que celles qui suivront. C’est fort, très fort, tant de maîtrise à ce niveau là force le respect.

     Néanmoins, dans la finalité, pour ceux qui possèdent déjà les disques du trio, ce n’est pas suffisant pour justifier l’achat de ce témoignage. La reprise de « Just Got Paid » de ZZ Top (souvent interprété sur scène - on en retrouve une version enregistrée sur le coffret de six CD ""The Georgia Bootleg Box") et le Heavy-Blues « The Same Thing » ne sont guère suffisants pour en faire un disque indispensable. De plus, ce dernier n'a rien de folichon. C'est à la limite de la jam (de luxe) un peu consensuel ;  rien d’exceptionnel.
La reprise de « Mr Big » de Free (qui est plus un hommage à Woody Allen,, comme l’était l’original à Andy Fraser) est déjà présente sur le 1er et éponyme opus et sur le double (quadruple pour la version complète) live « Live with a little Help From Our Friends ».


     Certes, on a rarement écouté des premières démos de cette teneur, ce qui rappelle au passage que ces trois lascars sont (ou était pour Woody) des musiciens d’exception. Cela se déguste comme un goûteux dessert de choix, même avec les deux versions, très proches, et d’affilé de l’excellent « World of Confusion » en clôture. D’autant plus qu’à quelque chose près, ce serait pratiquement la crème des premiers pas de Gov’t Mule. Toutefois, il n’y a là rien qui apporte réellement un plus à la discographie déjà fort riche de la Mule. C’est à réserver aux fans irréductibles, aux complétistes, par contre indispensable à tous ceux qui ne connaissent pas encore le premier album éponyme (s’il y en a encore).

     Finalement, on peut se demander quel est l'intérêt réel de sortir des "alternative track" et des démos lorsque la différence avec la forme "originale" (du moins celle présentée au monde comme version définitive) est ténue. On le concède aisément lorsque le groupe n'était pas satisfait du résultat lors de la commercialisation de leur disque. Fait généralement dû à un désaccord avec la production et/ou le label. Parfois aussi le résultat d'un mixage fait dans leur dos, ou des parties rejouées, ou encore le rajout d'un habillage extérieur à son insu (souvent des violons, synthés et chœurs pour policer et rendre le tout plus commercial). Par exemple, on a pu constater que les chansons de "In Color", l'album de Cheap-Trick de 1977, devaient être à l'origine nettement plus Rock, plus mordantes. Et pour le coup, bien meilleures. Et le groupe, justement, n'était aucunement satisfait du résultat. Là, dans ce cas précis (mais non isolé, hélas), l'édition des versions originales du groupe sont amplement justifiées. Mais sinon. N'est-ce pas frôler l’idolâtrie ? Et puis, qu'est-ce que l'on va vraiment écouter lorsque l'on aura à disposition la démo, la 1ère, 2ème et 3ème prise, plus les versions live de différentes tournées ? Avec un choix qui va finir par devenir cornélien.

     Cette manie actuelle d'exploiter tout ce qu'un artiste, ou un groupe, a pu laisser traîner n'est-elle pas qu'un prétexte pour exploiter et profiter des amateurs ? Paradoxalement, à l'instar de la discographie de Jimi Hendrix, la discographie originelle, finit par être minoritaire par rapport à tous les sorties d'enregistrement en public, des diverses sessions de studio, et celles pour des radios (BBC sessions).
Pour le fan hardcore, ou le collectionneur compulsif, (qui financièrement peuvent se le permettre), il faut pouvoir lutter contre un encombrement empirique de l'espace vital.
      Au moins, Gov't Mule a la décence de proposer ses "alternatives" et démos sur une édition à part, au lieu de les accoler à une édition remasterisée pour en faire un pavé de 78 minutes, qui finit pas lasser et assommer. Et ternir l'attrait de l'original.

  1. Blind Man in the Dark   -   6:49   (Haynes)
  2. Rockin Horse   -   4:31  (Haynes/ Woody/ Pearson/ Gregg Allman)
  3. Monkey Hill   -   4:31   (Haynes/ Woody)
  4. Mr. Big   -   6:17   (Rodgers/ Fraser/ Kirke/ Kossof)
  5. The Same Thing   -   7:13
  6. Mother Earth   -   7:00   (Peter Chatman/ Lewis Simpkins)
  7. Just Got Paid   -   4:22   (Billy Gibbons/ Bill Ham)
  8. Left Coast Groovies   -   6:39   (Haynes/ Woody/ Abts)
  9. World of Difference   -   7:17   (Haynes)
  10. World of Difference - version alternative -  6:41



Autres articles sur Gov't Mule (lien/clic) :
- "Gov't Mule" (1995)
- "Shout !" (2013)
- Gov't Mule featuring John Scofield "Sco-Mule" (2015)

+ Warren Haynes "Man in Motion" (2011)

6 commentaires:

  1. Absolument d'accord avec toi, fan de la première heure et possédant (of course) tous les enregistrements de Gov't Mule , j'ai fait l'acquisition de ce disque à sa sortie et ai constaté que celui ci n'apportait pas grand-chose de plus à ce que l'on connaissait déjà. Donc effectivement à réserver aux complétistes dont je fais partie......Nobody's perfect! Et Shuffle qu'est ce qu'il en pense de cet enregistrement, le connaissant il a dû se précipiter dessus.....c'est par pudeur qu'il en a pas encore parler?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce qu'il n'a rien de désagréable à dire ... :-)

      Sinon, pour Gov't Mule, j'ai bien apprécié le "Stone Side of the Mule" et le "Dark Side of the Mule". Les concerts en hommage, respectivement,aux Stones et à Pink-Floyd.
      Je suis soufflé par la culture de ces gars. Savoir jouer, avec une justesse rare, tous ces morceaux est incroyable. C'est pas possible, ils ne sont pas humains.
      (quand je vois que je suis obligé de réviser les riffs de mon petit AC/DC, Purple et Black Sabbath, les bras m'en tombent. Justement)

      Supprimer
  2. Le "Sco Mule" avec John Scofield est pas mal non plus mais le summum reste le "Deepest End" de 2003.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien, à mon sens, ce "Sco-Mule" est une déception. (on en avait d'ailleurs déjà parlé - j'avais omis le lien -).
      Par contre, oui. OUI ! Ce "Deepest End" est une tuerie. Incontournable. C'est un live-événement. Un grand disque. De plus, une fois n'est pas coutume, le DVD joint avec, est bien filmé.

      Supprimer
  3. Bientôt un double album, Warren Haynes accorde sa guitare, suivi d'un triple, Warren Haynes déclame, en s'accompagnant à la guitare, la liste des abonnés aux gaz de l'Oklahoma.

    RépondreSupprimer
  4. Ouais génial, j'attend avec impatience la sortie de ces disques, mais putain t'es vachement bien rencardé Shuffle....d'où tu tiens de telles infos?

    RépondreSupprimer