vendredi 3 avril 2015

LA PORTE DU PARADIS de Michael Cimino (1980) par Luc B.



La blague est facile. En passant de VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER (1978) à LA PORTE DU PARADIS (1980), Michael Cimino est passé du... Paradis aux Enfers. Deux ans plus tôt, il récoltait 5 oscars pour son VOYAGE. Et fut traité de fasciste. Trois plus tard, il est passé marxiste, et on l’accuse d’être à lui seul responsable de la faillite de United Artists. LA PORTE DU PARADIS, un des plus profonds gouffres financiers d’Hollywood, marque la fin du Nouvel Hollywood, de la politique des auteurs, le retour des producteurs de studios aux commandes.

Scorsese s’est planté avec NEW YORK NEW YORK, Friedkin avec son remake du SALAIRE DE LA PEUR, Coppola est au bord de la ruine, hypothèque la demeure familiale pour sauver APOCALYPSE NOW. Par contre, George Lucas et ses GUERRE DES ETOILES, Spielberg et son E.T. ou son Indy, remplissent les caisses. C’est ça qu’on veut ! Des films qui rapportent du fric, et pas ces délires grandioses d’artistes mégalomanes, où seul le metteur en scène déciderait de la direction à prendre.

Après le succès critique de VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER, Michael Cimino a cru qu’il aurait les mains libres. Tournage pharaonique, reconstitution d’une ville en plein désert, budget explosé (20 millions de plus!), 50 ou 60 prises par plan pour capter les heureux hasards de l'interprétation, tous les soirs des stages de danse, patin à roulette, équitation, tir au fusil... et un montage de 3h40 qui a fait s’étrangler les directeurs de United Artists, qui ont immédiatement charcuté les bandes pour en tirer une version raccourcie de 80 minutes, avec une voix-off, qui évidemment a fait un flop. Déjà que Peckinpah avait fait le coup avec son PAT GARRETT de 4 heures…

Cette version éditée chez Carlotta est le montage agrée par Michael Cimino, le plus proche de ce qu’il avait imaginé, il a fallu 10 ans pour tout remettre bout à bout, nettoyer, astiquer, et le résultat est tout simplement : somptueux. 

Petit avertissement, on ne se lance pas dans cette fresque comme on s’envoie un épisode de Plus belle la Vie, hop, entre la poire et l'fromage ! C’est du robuste. On s'y prépare. Mais ça vaut le détour.

Le film s’inspire d’un fait historique, controversé. Une association de riches éleveurs qui ont fomenté le massacre de petits fermiers du comté de Johnson, dans le Wyoming, en 1892. Une liste noire de 125 personnes à éliminer physiquement, avec la complicité des autorités et de l’armée. Ces gens étaient des émigrés, venus d’Europe, de l’Est, qui ont acheté un petit lopin de terre, empiétant sur des territoires d’éleveurs.

Le film commence à Harvard, lors de la remise des diplômes. Grandeur du cérémonial, travelling majestueux, figuration en liesse, joutes intellectuelles, discours du révérend, et dans la foule des étudiants, on remarque des coups d’œil entre garçons et filles. Dès la première scène, Michael Cimino mêle la fresque et l’intime. On fait la connaissance de William Irvine (John Hurt) et James Averill (Kris Kristofferson).

Pour cette séquence, le travail sur la musique est intéressant. Une fanfare qui joue, en son direct, que l’on entend plus ou moins selon qu’on est dans l’action, ou éloigné. Ensuite, Cimino orchestre une valse aux multiples figurants, dans les jardins d’Harvard. Mais là, la bande musicale est au premier plan, Le Beau Danube Bleu. On pense à la scène d’ouverture du PARRAIN. Ou au GUÉPARD de Visconti. Et on remarque l’omniprésence de la figure du cercle, dans l’amphi, la valse, la ronde autour de l’arbre, figure que l’on reverra lors du massacre final.

20 ans plus tard, James Averill est devenu shérif du comté de Johnson. La transition est sublime, cet homme endormi, le visage sous son chapeau, dans le train qui le ramène au pays. Finis les ors des universités, les discours pompeux, le cognac et les cigares. C’est la ville, boueuse, violente, grouillante. Et cette rumeur qui circule. Une milice dézingue de l’émigré. Un certain Novak se fait descendre, la scène est superbe, le tueur arrivant du fond de l’écran, la silhouette en ombre projetée sur des draps tendus, le coup de feu au travers. James Averill est un homme instruit, un homme de conviction, d’idéaux, qui va s’opposer à ce pogrom, au gouverneur, tenter d’enrayer la tragédie qui se profile.

C’est aussi un homme amoureux, et on le découvre avec Ella Watson (Isabelle Huppert). Elle tient un bordel… ça ne fait pas terrible sur un CV, mais Averill essaie de se détacher de sa classe sociale, pour apparaitre près du peuple. Michael Cimino filme là aussi l’intime, des ballades, des baignades, des moments de bonheurs, un sursis avant la sauvagerie. Averill essaie de convaincre Ella de partir avec lui, quitter ce pays qui s’embourbe dans le fascisme. Mais Ella hésite, car elle est aimée d’un deuxième homme, Nathan Champion (Christopher Walken). Champion est un des tueurs embauché par le syndicat des éleveurs, personnage maléfique, le visage creusé. Michael Cimino oppose donc le conflit politique et le dilemme sentimental entre les trois personnages

Alors que la tension monte, que les émigrés s’inquiètent, que la rumeur d’un massacre se profile, Cimino filme aussi la vie, la fête, l’euphorie, avec la célèbre séquence de danse en patins à roulettes, dans la ball-room qui s’appelle la Porte du Paradis (il y avait déjà une grande scène de danse dans VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER). Le contraste avec les valses d’Harvard est saisissant. Le violoniste qui ouvre le bal, en patin, est David Mansfield, le compositeur de la musique du film. Il jouait avant avec Bob Dylan. Les musiciens de cette séquence jouaient en live pour le tournage. Il y a aussi T Bone Burnett à la batterie, et Sean Hopper à la basse, venu de chez Huey Lewis. Cette ball-room sert aussi de lieu de réunion. C’est là qu’on discute, en russe, polonais, allemand, anglais, qu’on s’insurge contre la corruption des élites, du traitement infamant réservé aux émigrés. Un orateur à la petite barbichette nous rappelle Lénine. Le discours est clairement un appel à la révolution, à la lutte des classes. Il n’est pas question d’américains et d’étrangers, mais de riches et de pauvres, de démocratie confisquée.

C’est en cela que le film n’a pas plu. Les spectateurs de l’ère Reagan n’ont pas apprécié qu’on leur rappelle que leur démocratie était aussi fondée sur des massacres. Cimino a été accusé de révisionnisme. Les éleveurs ont donné carte blanche au cynique Franck Canton (Sam Waterson, absolument ignoble) pour recruter des tueurs, payer pour chaque fermier abattu. On ne peut pas s’empêcher de penser aux années 30, aux notables qui voyaient d’un bon œil l’arrivée des nazis, bons pour les affaires. On pense donc encore à Visconti (LES DAMNES, 1969). La scène finale est grandiose, on retrouve le cercle dans la manière de mener l’attaque. Averill prend en main l’organisation de la défense, il a étudié les tactiques militaires. Et tendez l’oreille. Après la bataille, on ré entend Le Beau Danube Bleu joué à la guitare, sur fond de poussière et de cadavres.

LA PORTE DU PARADIS est un film d’une beauté absolue. Le directeur photo Vilmos Zsigmond (Scorsese, de Palma, Woody Allen, Boorman…) fait des merveilles, dans des plans d’ensemble sur les paysages du Wyoming, le bleu profond des ciels, le vert étincelant des prairies, les ocres, captation de la lumière. Le film regorge de scènes à tomber raide dingue ! De longs plans, des mouvements de caméra, John Hurt, en plein massacre, saoul comme un cochon, hurlant « I love Paris », totalement déconnecté de la réalité, le meurtre du chef de gare, et ce panoramique qui part du visage de son cadavre pour englober la moitié de l’Etat ! La fusillade contre Nathan Champion. Et la danse d'Ella et James, dans la ball-room vidée de ses spectateurs, belle à pleurer. 

Alors on peut chipoter sur certains détails de scénario, comme : comment et pourquoi Averill est devenu shérif ? Sa rencontre avec Ella ? Sa rivalité avec Nathan Champion ? Que fait William Irvine, là, 20 ans plus tard ? Il y a des « trous » dans le récit, auxquels on songe à posteriori. Les acteurs sont époustouflants, Kris Kristofferson (un habitué de Peckinpah, qui a remplacé Steve McQueen, déjà malade), John Hurt, Jeff Bridges et Geoffrey Lewis (qui étaient dans LE CANARDEUR*), Mickey Rourke (qui sera dans L’ANNEE DU DRAGON) Christopher Walken (qui était du VOYAGE), Joseph Cotten (CITIZEN KANE, LE TROISIÈME HOMME) et bien sûr Isabelle Huppert, d’une justesse et d’une fraicheur incroyable, débutante repérée dans le film LA DENTELIÈRE (qui joue une émigrée française, d'où certains dialogues en français), et sujet de conflit entre le réalisateur et les studios, qui aurait préféré une star américaine (Meryl Streep ?).

LA PORTE DU PARADIS vous emporte, vous étreint ! AUTANT EN EMPORTE LE VENT, DOCTEUR JIVAGO, TITANIC font figures d'aimables bluettes à côté ! C’est un grand film mélancolique. L’épilogue sur le bateau, montre un James Averill embourgeoisé, figé dans ses souvenirs. L'idéal en moins, les illusions perdues, comme la génération de 1970 à l'aube des années 1980 (ou comme la génération du Nouvel Hollywood avant le retour de bâton des studios...). C'est un film qui mêle l'infiniment grand et l'infiniment intime. C'est un regard noir et désenchanté sur une société. Le shérif Averill, impuissant à faire prévaloir ses idéaux et la loi, dit à un moment : «  il ne fait pas bon être pauvre dans ce pays ». Michael Cimino, au summum de sa créativité, a accouché d’une œuvre immense, d’une richesse et d'une beauté infinie, et pourtant, encore aujourd’hui, synonyme d’échec et de gabegie. Allez comprendre… 

*Autre film de Michael Cimino chroniqué ici : Le Canardeur


HEAVEN'S GATE (1980)  Couleur  -  3h36  -  format scope 2:35

La bande annonce après restauration :

ooo

5 commentaires:

  1. C'est vrai, la porte du paradis est génial.
    Après, faut avoir envie de se taper le "charisme" de Kristofferson qui n'a rien d'une tête d'affiche (Pat Garreth est envoutant parce qu'il y a Coburn et Dylan), cite moi un seul de ses films qui ait cartonné...
    Faut avoir envie de se taper de la valse musette en patin à roulettes pendant une demi heure..
    Y'avait pas moyen de trouver quelqu'un d'autre qu'Huppert aux States pour camper la pute de service?...
    Pour la durée du film, dans le même temps tu pouvais mater l'Empire Contre Attaque et les Blues Brothers, tu crois que les américains avaient envie de voir les leurs dégommer des immigrés Polonais à la chevrotine sur fond de soleil couchant?...
    Mais c'est vrai, ce film est sublime!

    RépondreSupprimer
  2. T'es vache pour Kristofferson, ok, ce n'est pas Coburn, mais tout de même... je l'aime beaucoup comme acteur, il a beaucoup tourné pour Peckinpah.
    Pour Huppert... je pense qu'il fallait une actrice non américaine, pour jouer une émigrée. Cimino était très branché cinéma français, et il a sans doute vu en Huppert, le personnage qu'il imaginait. Elle apporte une touche assez originale, dans sa manière de jouer. Les américains ne regardent pas la nationalité des actrices, encore aujourd'hui, Binoche, Cotillard... Si l'actrice est talentueuse, on lui donne des cours d'anglais et elle tourne ! Et une actrice américaine n'aurait jamais accepté de tourner nue... Huppert était toute débutante, lui faire cette proposition ne pouvait que l'intéresser, elle raconte que le tournage était comme un grand camp de vacances en plain air, ce qui pour une actrice française est assez nouveau. Tiens, je me souviens que Nathalie Baye a joué pour Speilberg (une française, aussi), Deneuve pour Ridley Scott, et l'autre jour, j'ai revu Aviator de Scorsese, et il y a Dominique Lavanant ! (si si !!).

    Ca peut être très beau un polack dézingué à la chevrotine sur fond de soleil couchant... de toutes façons, de ton commentaire, je ne retiens finalement que les 4 derniers mois, le reste, pffff...

    RépondreSupprimer
  3. Lavanant dans Aviator????
    Les Prédateurs, c'est de Tony Scott

    RépondreSupprimer
  4. Shuffle.6/4/15 20:31

    Ah, ça fait plaisir. Il n'y a pas que moi qui me plante sur les caisses claires.

    RépondreSupprimer