lundi 20 août 2012

MARK KNOPFLER vs SNOWY WHITE par Luc B.



Qu’est ce qui ressemble le plus à un blues en 12 mesures, qu’un autre blues en 12 mesures ? Et qu’est ce qui ressemble le plus à un rock’n’roll de Chuck Berry, qu’un titre des Rolling Stones ? Il y a plein de titres dont on se dit parfois : ça me rappelle un truc ! Il a copié ! Il a des exemples célèbres, notamment dans les groupes de rock anglais des 60’s, qui pillaient allégrement l’héritage des bluesmen. Cas d’école, le « Whole lotta love » de Led Zeppelin, qui est une resucée de «  You need love » écrite par Willie Dixon, privé de copyright par la bande à Jimmy Page. Et on connait l’anecdote d’un Eric Clapton, sonnant à la porte d’une maison délabrée, aux Etats Unis, et donnant au propriétaire une valise de dollars : « Bonjour, je suis Eric Clapton, je suis guitariste de blues, je vous ai piqué plein de plans à la guitare… voilà, c’est pour vous, en guise de droit d’auteur ». Hélas, je ne retrouve plus le nom du bluesman en question… 


C’est en réécoutant du DIRE STRAITS que l’idée de cette chronique m’est venue. En écoutant la chanson, superbe d’ailleurs « Brothers in arms ». Quelques temps après la sortie de cet album, en 1985, mon frangin me fait écouter un disque d'un illustre inconnu, à la pochette suspecte, colorée, avec des oiseaux dessus. Et de me demander : "tu reconnais ?". Réponse : "Non... oui... bah non... mais si, on dirait...". Oui, on dirait. Knopfler pris en flagrant délit de pompage ? Franchement, quand on voit le talent de ce type comme compositeur, on se dit qu’il n’a pas vraiment besoin d’aller chercher ailleurs… La chanson en question s’appelle « Bird of paradise », une composition du guitariste et chanteur anglais Snowy White. L’homme a un joli palmarès, il est pote avec Peter Green de FLEETWOOD MAC, brillant instrumentiste, il est recruté par PINK FLYOD comme second guitariste en tournée, on l’a croisé aussi chez THIN LIZZY. C’est en 1983 il fait paraître son premier album solo, avec le titre « Bird of paradise ». PINK FLYOD, ou Roger Waters plus tard, font encore appel à lui régulièrement, et entre deux  tournées, il enregistre ses disques avec son propre trio THE WHITE FLAMES.
Mark Knopfler, lui, je pense que vous connaissez… D’ailleurs, nous avions évoqué déjà DIRE STRAITS dans cet article : ALCHEMY LIVE DIRE STRAITS

Je vous laisse avec « Brothers in paradise », ou « Bird in arms », ou l’inverse, ou le contraire… Bref à vous de vous faire votre opinion, mais disons que oui, la similitude est assez troublante… les accords de l'orgue, en fond, bien sûr, et qui induisent la mélodie, mais surtout l'envolée de la guitare...

12 commentaires:

  1. Ce ne serait pas Skip James "le bluesman en question" ?

    RépondreSupprimer
  2. Big Bad Pete20/8/12 10:19

    Précisions : pour Clapton, Il est allé voir Willie Dixon, et lui a reversé les droits de "Spoonful", c'était à l'époque de Cream.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Skip James Aussi pour I'm So Glad !

      Supprimer
  3. Big Bad Pete20/8/12 10:34

    Blanche Neige est bien plus excitant que le loukoum qu'était devenu Choux-Fleur sur cet album boursouflé à la gloire du CD naissant...

    Et dans le genre plagiat...
    - Eric Serra (Subway) a un peu pompé Jimmy Cliff :
    "It's only mistery" vs "I can see clearly now".
    - Le même, décidément bien en forme pille Peter Gabriel (Sledgehammer) dans "Le Gros Bleu" avec "Let them try"...
    - J'ai toujours trouvé un lien entre "Don't fear the reaper" de Blue Öyster Cult et "Message in the bottle" des poulets peroxydés.
    - "From this moment on" de Shania Twain choure un max de "Up where we belong" de Joe Cocker...
    - Les Scorpions de "Always somewhere" revisitent "Simple man" de Lynyrd Skynyrd.
    - "By your side" de Sade a des réminiscences de "Whiter shade of pale" de Procol Harum.

    Après, ya les procés plus ou moins célèbres :

    Les Chiffons ont accusé George Harrison d'avoir piqué "He's so fine" pour son "My sweet Lord".

    Jorge Ben a couru après Rod Stewart pour la transformation de "Taj Mahal" en "Da ya think I'm sexy"... Accélérez le tempo de la bouse disco de Rod the Mod, et vous verrez que la mélodie est typiquement brésilienne. C'est flagrant sur le refrain !

    Et récemment, Joe Satriani a obtenu un accord à l'amiable avec Coldplay pour "If I could fly" qui est devenu en "Viva la vida".

    Et je vous dis pas ce que j'ai massacré moi-même, c'est inavouable !

    RépondreSupprimer
  4. Claude, je pensais aussi qu'il s'agissait de Skip James, mais je n'ai pas retrouvé le passage exact dans l'auto-bio de Clapton... Et oui, BBP, il y a aussi le coup de Willie Dixon...

    BBP : intéressante ta petite revue... Peut-être pourrais-tu développer ça un de ces jours... Y'a aussi le cas de Florent Pagny qui avait fait plein de chansons qui ressemblaient vaguement à du Jacques Brel (ah... on me dit que non, c'était un disque de reprises...) !

    RépondreSupprimer
  5. Les mecs du classique à l'époque baroque ne prenaient pas des gants. Haendel pompait sur Bach qui pompait sur Vivaldi (parfois en mieux - les concertos transcrits pour Orgue)...

    Les romantiques et contemporains ont cité leurs sources ! C'est plus honnête ! Variation sur un thème de.... Paganini de Brahms ou de Rachmaninov ; ... de Haydn, toujours de Brahms ; ... Purcell pour Britten, ... de Tallis par Ralph Vaughan-Williams (à paraître dans le prochain article...) ; ...de Weber pour Hindeminth.... etc...

    La "parodie" pour parler chic a encore de beaux jours devant elle....

    RépondreSupprimer
  6. J'adore Snowy White comme guitariste. Malheureusement pour lui, il manque de charisme pour faire une véritable carrière de frontman; mais il a un talent fou, ce n'est pas pour rien qu'il a a accompagné Pink Floyd pendant de nombreuses années, et qu'on l'a encore vu dans les récentes tournées de Roger Waters. Il faut écouter "In our time of living" le récent opus qu'il a enregistré sous le nom de "Snowy White Blues Project"
    http://www.youtube.com/watch?v=gZmy9DiTjZY
    Quant à dire que Mark Knopfler l'a un peu copié, c'est peut-être aller un peu loin; je pense plutôt qu'ils dérivent tous deux d'un courant, d'une inspiration commune.

    [Philippe]

    RépondreSupprimer
  7. MAIS COMME C'EST CLAIR!! Étonnant que Snowy White n'ait pas attaqué Mark Knoplfler pour plagiat! On a vu plus mesquin, comme le procès intenté à Daniel Guichard pour sa prétendue appropriation du texte de "Mon vieux" par Madame dont je me garderais de citer le nom!
    Dans les deux cas, le titre devenu célèbre a du son succès au génie de l'interprète et dans le cas de Brothers in Arms, au thème de l'inanité de la guerre et de la fraternité universelle qui colle si bien au caractère élégiaque de la mélopée, en ffaisant un des plus sublimes titres jamais enregistré! N'empêche que Knopfler aurait pu partager, sur ce coup-là...

    RépondreSupprimer
  8. Mitchosaure, merci du passage. N'oublions pas la présomption d'innocence ! Il y a parfois de curieuses coïncidences... je ne me souviens pas que Knopfler ait été questionné à ce sujet, ce serait intéressant de lui soumettre les deux titres.

    RépondreSupprimer
  9. grande amatrice de musique (rock/blues) je viens de découvrir la grosse arnaque de Knopfler.
    Un autre artiste a avoir été "pillé" par Clapton est JJ. Cale (After Midnight, Cocaïne) d'ailleurs selon mon humble avis Clapton est largement surclassé ! il y a tant d'autres musiciens plus talentueux que lui (Peter Green, Gary Moore etc ..) merci de nous donner l'occasion de parler de vraie musique - celà devient rare de nos jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais pas que Clapton a "pillé" JJ Cale. Il a fait des reprises, très officielles, sous entendu, JJ Cale a perçu plus de royalties des versions de Clapton, que de ses propres disques ! Les deux hommes se connaissaient et s'estimaient (contrairement à ce que l'on raconte parfois). Clapton a largement contribué au succès de JJ Cale hors des USA, grâce à ça. De même que la reprise de "I shot the shérif" de Bob Marley,par Clapton, a tout simplement contribué à faire connaitre le reggae aux européens...

      Supprimer
    2. Oui, Clapton a pas mal pillé, ou emprunté à autrui. Notamment aux Bluesmen, et plus particulièrement Otis Rush et Freddie King. Cependant, il a toujours clamé haut et fort que sa musique venait du Blues et a toujours reconnu ses influences. Tout comme il reconnaîtra que J.J. Cale fut une "nouvelle" source d'inspiration. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Clapton n'est pas renfermé sur lui-même en matière de musique.

      Par contre, qu'il soit surestimé, c'est possible. Mais c'est aussi un succès construit sur près de 50 années. Et des poussières si l'on rajoute les Yardbirds. Fichtre !
      Et ses écarts mainstream, commerciaux, ont contribué à élargir son public, sans trop perdre les fans de la première heure (différents suivant la génération) grâce à des retours ponctuels au Blues et au Rock (à des trucs bien moins sirupeux).

      Il est compréhensible d'avoir une certaine amertume en regard du gouffre qui sépare l'immense succès de Clapton de musiciens restant dans l'ombre en dépit de leur talent, et même de leur longue carrière.
      Snowy White en est un bon exemple.

      Supprimer