samedi 18 septembre 2010

SAVOY TRUFFLE "The Roadhouse Boogie" (2004) par Bruno.


     Ce Savoy Truffle là, si ce n'est le patronyme, n'a rien strictement rien à voir avec les quatre de Liverpool. Non, celui-ci oeuvre dans un Southern-Rock Heavy (d'après le guitariste c'est un non-sens). Un Southern Rock qui tout en faisant référence aux gourous des 70's, affiche un épais saupoudrage épais de Blues-rock torride, et d'un Classic-Rock 70's passablement burné (genre Humble Pie, Led Zep). 
     Bien que les membres du groupe revendiquent unanimement l'influence principale de l'Allman Brothers Band, leur musique, dans son ensemble, se rapproche bien plus d'un Gov't Mule (le jeu et le son en slide évoque Warren Haynes), de Blackfoot, de Savoy-Brown (celui de « Make me sweat » & « Kings of Boogie »), ainsi que, dans une certaine mesure, de Screamin' Cheetah Wheelies . Toutefois, on retrouve effectivement une couleur « Allman », notamment en comportant deux batteurs-percussionnistes jouant de concert.

     Savoy Truffle est un quintet (de feu!). Les deux batteurs-percussionnistes, un guitariste jouant de sa Les Paul comme Warren Haynes (plus évident en slide) , Billy Gibbons, Dickie Betts et Medlocke réunis, un bassiste de l'école des Dusty Hill, Allen Woody, Gregg Walker, Gregg McGregor, et un chanteur empruntant autant à Warren Haynes (encore!) qu'à Gregg Allman ! Un timbre moins grave, plus sombre que ces derniers , avec un petit côté à peine nasillard, et un chant plus vindicatif. Un chanteur qui utilise parfois son harmonica sur des Blues-rock fiévreux , pour en tirer des sons fulgurants (plus mesuré qu'accoutumé sur la présente reprise de "Chevrolet").





     Bien que tous leurs disques soient bons, et fortement recommandables, celui-ci se distingue des précédents, grâce notamment à une meilleure production, ainsi que par des percussions plus prononcées, plus marquées ; un des batteurs se consacrant désormais exclusivement aux percussions. Dorénavant, les diverses percussions, et l'interaction entre les deux protagonistes, insufflent un rythme, une pulsation parallèle élargissant l'espace sonore.
     Du Heavy Southern-rock, bluesy, groovy, gras, épais, puissant, suant, communicatif, sincère, et doté d'une personnalité marquée. Ces gars là, issus du pays du soleil levant (plus précisément d'Osaka), n'ont de Japonais que leur nationalité, et leur physionomie. Leur coeur, lui, est Américain, et plus exactement du Sud des USA. Ces musiciens ont été nourris à ce que la scène de Rock Sudiste, et de Heavy Blues Rock, de l'Amérique du Nord a de mieux, en passant par quelques grands noms du Classic-Rock (version Hard-Blues) du début des 70's. Et ils ont le feu !

     Pour le coup, cette formation s'inscrit dans le peloton de tête des nouveaux groupes de Southern de la décennie.
Hélas, "Roadhouse Boogie" sera le dernier album en tant que Savoy Truffle. En effet, suite au départ de Moji Kadowaki, le groupe a eu le courage, alors que leur notoriété commençait à s'étendre (très bien accueilli en concert en Espagne, Allemagne et en Scandinavie), de repartir à zéro après le départ de leur chanteur. Les musiciens restants ont estimé qu'en son absence, il ne convenait pas de garder le même patronyme. Ainsi, ils ont opté pour Bluestone & Co. Sous ce patronyme, ils ont depuis réalisé trois disques. Un instrumental, plus d'obédience "Jam Band", et deux autres avec Chris Duarte (qui joue naturellement aussi de la guitare) ; avec cette fois-ci, la facette Blues-Rock plus présente, surtout sur le dernier ("396"), où Duarte y est plus impliqué (c'est plus une union qu'une collaboration).

     Chaudement recommandé également, leur live, « Live On Our Way », chaud-brûlant. Dans le classement des 25 meilleurs albums live de la décennie.

53 min 44 pour 9 titres







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire