lundi 7 juin 2010

VINCE CONVERSE - "One step ahead" (1999) par Bruno


Vince "la classe" Converse


Vince Converse est un guitariste Texan, qui semble avoir fait son éducation à l'écoute des icônes de la Stratocaster, tels Hendrix (il s'affiche même avec une Strat pour gaucher, avec les cordes à l'envers, pour droitier...), Vaughan, Eddie Hazel, Clapton, Trower (dont il a repris un de ses titres avec son précédent groupe), Buddy Guy. Du moins c'est l'impression qui s'en dégage à l'écoute de son jeu, auxquels on pourrait rajouter Lucky Peterson et feu-Bill Perry.


Précédemment membre du regretté Sunset Heights (album "Texas Tea" fortement conseillé), Vince a préféré voler de ses propres ailes, apparemment pour enrichir son Blues-Rock Texan aux parfums « Creamiens », de touches funky héritées de la maison Stax, mais également de Funkadelic (sans psychédélisme), évoquant un peu parfois l'orchestration d'Albert Collins sur « Don't Lose Your Cool » et « Cold Snap ». Les cuivres (Uptown Horns) apportent beaucoup à cette orientation. La Stratocaster de Vince s'habille, en gardant un son de base clean, de multiples effets « vintage » : fuzz, wah-wah, phaser, univibe (ou rotovibe), overdrive. Avec quelques incursions pertinentes de slide cinglantes (mais pas agressives). Un jeu mesurée, précis et fluide. Jamais démonstratif, encore moins hors-sujet, toujours la phrase juste, même sur le long (7 mn) slow-blues (Recession Blues). Quant au chant, bien qu'étant indéniablement « blanc », ne sonne pas moins totalement Blues ; un peu laconique, nonchalant, légèrement déclamatoire, entre un Robben Ford plus viril, une pincée de Noah Hunt en moins profond (chanteur du K.W.Shepherd Band), et une bonne dose de Jack Bruce.

Certains titres pourraient être un mixage étrange, mais réussi, entre Smokin' Joe Kubeck (période Bullseyes), S.R.Vaughan, Lucky Peterson, Albert Collins, Albert King, Jonny Lang et Eddie Hazel. Vince se fend de 5 reprises : une de Lowell Fulson, « Sleeper », une de BB King avec « Recession Blues », une du White Trash's d'Edgar Winter, « Give It Everything You've got », une, chose remarquable, du Gun d'Adrian Gurvitz/Curtis avec le tonitruant « Down Yourself In The River » (dans une version très proche de celle figurant sur « Gunsight », si ce n'est que là où Curtis s'arrêtait, Vince continue sur la lancée pour d'épiques chorus en slide joués sur un Dobro), et enfin, « I Ain't Superstitious » de Willie Dixon (en version acoustique). Des reprises provenant d'horizons divers, avec comme fil conducteur le Blues, qui démontre l'étendue de la culture musicale de Vince. La production de Sir Eddie Kramer est d'une clarté, d'une limpidité, à toute épreuve. Même lorsqu'il y a une accumulation, de pistes, d'instruments, d'effets divers ("Snafu", "She Thing", "Give It Everything You've Got"), aucun instrument ne couvre les autres ; tout est parfaitement équilibré, même lors des superbes envolées de chorus inspirés. Pete Brown participe à l'écriture de 2 titres (il avait déjà collaboré sur « Texas Tea » de Sunset Heights) : le funky nonchalant « Someone », et le mélancolique et magnifique de pureté « Lonesome » (entre le 1er Chris Withley et Eric Bibb).


Un disque, qui, tout en étant quand même dans une certaine tradition, (les gammes et la structure des compositions restants fidèles au Blues), apporte une certaine fraîcheur, relativement innovante et originale. Il n'y a rien de poussiéreux. Un disque qui n'a pris une ride (enregistré en HDCD).

Hélas, depuis 99, exception faîte de la récente réalisation en duo acoustique, avec un certain Michael Hornbuckle, il n'y a plus eu aucune production studio de ce talentueux guitariste, qui devrait pourtant faire office d'étoile filante, autour de la planète. Plus récemment, il y a eu en 2009, un DVD d'un concert de 2007 (hommage aux 3 Kings), regroupant Vince, Jon Paris, Nathaniel Peterson (ex-Savoy Brown) et le suédois Clas Yngstrom.




Extrait en concert, avec sa nouvelle mouture, dans un registre bien plus traditionnel

2 commentaires:

  1. Salut! J'écoute en ce moment le "Texas Tea" de Sunset Heights, absolument renversant! Le fantôme de SRV plane en permanence! surtout sur les slow-blues!Je possède également le Live et le dernier du groupe , sans Vince Converse certes mais très bon quand même. Et donc à la lecture de comm ci-dessus je me dis que je vais faire connaissance sans tarder avec ce "One step ahead"! Amicalement

    RépondreSupprimer
  2. Yo JPG. Effectivement, les trois disques de Sunset Heights sont de bonne qualité ; le 1er restant le meilleur.
    Ce "One Step Ahead", d'orientation plus funk, est à mon sens une perle. Un disque rare où les interventions à la guitare, bien qu'assez nombreuses, ne sont jamais gratuites ou étouffantes.
    Je garde toujours l'espoir d'un nouveau Vince Converse, en solo ou avec une reformation de Sunset Heights.

    RépondreSupprimer