dimanche 7 février 2016

UNE SEMAINE EN FORD


Lundi Philou a ravivé ses souvenirs d'adolescents qui s'émoustillait sur les posters de Lita Ford dans Hard Rock Magazine: il nous a parlé de Lita Ford, l'incendiaire guitariste, ex des Runaways. Avec ça pas étonnant que le Philou soit si dur de la feuille..

Mardi avec Rockin' direction Caen pour une bonne tranche d'Americana normand. Ca existe ça? Oui avec Gravel Road projet comprenant 2 Witch Doctors et un Westbound pour disque de reprises bien sympas,  de "Jambalaya" à "Hound dog" en passant par "Me and Bobby McGhee" ou "Dead flowers".

Mercredi des décibels avec Bruno et les  Imperial State Electric, projet de Niklas Andersson, suédois par ailleurs fondateur des Hellacopters, hard mais aussi soul et pop vitaminée au programme de ce quatuor énervé.


Jeudi Pat s'est décidé à écrire ses mémoires, "Moi Pat S., 50 ans, drogué au Rock'n'Roll', chroniqueur au Deblocnot", joli titre peut être un peu influencé par "Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…". Le livre, le film, son voyage à Berlin, la bande son de Bowie, Pat nous raconte tout ce qui le rattache à cette histoire glauque et bouleversante. 
bien carrossée la  Ford Mustang, comme Lita (Ford)...

Vendredi Luc est arrivé à donf sur le parking, dérapage, accélération, tête à queue mais bon il n'a impressionné personne, faut dire qu'avec sa  Dacia Logan diesel ça le fait pas trop... Beaucoup moins qu'avec la Ford Mustang de Steve Mc Queen dans Bullit, polar culte de la fin des sixties, avec une des poursuites en voiture des plus célèbres.

Samedi Claude a ressorti de sa discothèque les enregistrements par l'ensemble Emerson des  œuvres pour quatuor de  Chostokovitz, Chastokravitch, Chaussetrapivotch et puis zut y'a que Claude qui arrive à bien le prononcer ! Chos-ta-ko-vitch ! Du très bon évidement.

La série ne semble pas vouloir s'achever... Vendredi matin, nous avons appris le décès de Maurice White, leader du groupe Earth Wind & Fire. Il avait 74 ans, et était atteint de la maladie de Parkinson. Pardon de cette blague de mauvais goût (on ne se refait pas...) mais de formation, Maurice White était batteur... Pour un parkinsonien, ça aide pour les roulements. Nous avions déjà évoqué l'homme et son groupe, mythique machine à danser, du Funk qui glissait vers les jam jazzy, puisque White avait débuté avec le jazz, et le trio de Ramsey Lewis. Voici le lien vers l'article: earth wind & fire.

On se quitte en musique avec Terre, Vent et Feu, on écarte les tables, on allume la boule à facettes, Philou et Rockin ont sorti leurs moule burnes et les chemises à paillettes, Sonia son shorty argenté, on augmente le volume, tant pis pour les voisins, place à la fête en l'honneur de Maurice et de Paul Kantner du Jefferson Airplane auquel nous rendrons hommage demain :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire