lundi 28 décembre 2015

Leadfoot RIVET – Southern Echoes (2015)




Leadfoot Rivet, c'est avant tout une voix qui traduit une forte personnalité, une tessiture vocale qui libère des émotions fortes et sincères, un instrument vocal qui se façonne depuis des années, un personnage qui, à la manière de son art, invoque ses ardeurs pour apprivoiser le "blues ", cette musique insolite et intemporelle …
Il chante le blues comme on aime l'entendre, à l'américaine, à la façon de ceux dont il s'est imprégné humblement durant sa longue carrière, et c'est, semble-t-il, ce qui ressort de sa voix qui aujourd'hui révèle une grande maturité, ancrée dans un univers musical qui ne lui est plus du tout étranger et dans lequel il peut aisément s'installer.
De même (de source sûre), il séduit ses amis du terroir blues par son écriture, c’est vous dire où vous allez promener votre curiosité poétique, ça vaut la traversée du décor, car Leadfoot promène sa voix sur des textes subtils et savamment travaillés, qui parfois s'imprègnent d'humour ironique, comme s'y emploie la catharsis blues traditionnelle du fin fond des âges…
C'est le grand Mighty Sam Mc Clain qui un jour déclara à son sujet: "Voix, qualité des textes et de l’interprétation, feeling, je suis très impressionné !"Et Mighty Mo Rodgers de rajouter : "Tu ressens vraiment le blues !".
Même le légendaire chanteur/harmoniciste Sam Myers l’appelait souvent sur scène pour qu’il termine ses propres concerts.

Acteur de la scène blues Française depuis de nombreuses années, Leadfoot Rivet fait partie de cette famille d'artistes incontournables, connue des initiés, mais hélas, injustement méconnue du grand public.

Ce vieux routard du Blues a d'abord trainé ses boots au Golf Drouot dans les années 60, avec les Turnips puis les Murators, pour le musical Hair en Belgique, puis en tant que producteur du groupe us "Bad Child".
Leader du groupe Rockin’chair, animateur pour Rfm dès l’origine.
Sans oublier les collaborations au sein de the blues conspiracy ou the Drinkhouse preachers avec son ami Neal Black.
Il fut à l'initiative des Trophées France blues en 1998.

Il a flirté musicalement avec une pléiade d'artistes renommés pour la plupart, et ce n'est pas peu dire, car en jetant un œil dans le rétroviseur de son parcours collaboratif, on peut y apercevoir : Larry Garner, Tom Principato, Fred Chapellier, Boney Fields, the Mercy band, Patrick Verbeke, Laurent Voulzy, Alain Bashung, Neal Black, Amos Garrett, Jimmy Thackery, Nico Wayne Toussaint, Stan Noubard-Pacha et son vieil ami et complice de longue date, Pat Boudot-Lamot.

De même, il fut co-créateur des fameux labels Antigel, Dixiefrog, Voodoo, avec Philippe Langlois dans les années 80. 
Promoteur de concerts pour Albert King, Junior Wells, Bo Diddley, Wilson Pickett, Donovan, Mari Boine, Gatemouth Brown, Zachary Richard, Irma Thomas, Earl King, Honeyboy Edwards, Johnny Copeland, Bobby Bland, Kevin Coyne, Little Milton, Peter Green, the Flyin’ Burrito brothers, Kevin Ayers, Jimmy Rogers, Tommy Castro, Lou Ann Barton, Sue Foley, Toni Lynn Washington, Mighty Sam Mc Clain, Smokin'Joe Kubek ..........

SOUTHERN ECHOES est l'album qui succède à "ONE NIGHT ON THE ROAD LIVE "sorti en 2014, et qui perpétue la touche personnelle "Rivet", un album qui nous surprend toujours quant à l'éclectisme musical adopté par notre ami.

D'entrée de jeu, l'album démarre en intensité avec "THE BULLFROG", un titre gaillard qui fait chauffer les médiators et danser le bottle neck sur le dobro, un morceau aux sonorités authentiques, au rythme qui réveille les instincts rebelles du blues, le tout teinté d'humour comme le veut la tradition du sud, sensations fortes et dimension roots garanties !
Entretien avec Leadfoot Rivet

PK  :
"Leadfoot, parles nous un peu de cette chanson qui est ma favorite, et par la même de quelques autres de cet album, de la dimension que tu as voulu leur donner."
LR :
"THE BULLFROG "est un morceau de mon cru, un hommage à une de mes influences majeures, Howlin' Wolf avec au 2e degré un texte macho/bravache très imagerie blues caricaturale: le crapaud- buffle héros du marais, moche comme Columbo ou Kojak, mais attractif, qui satisfait toutes les petites grenouilles !!!"
PK :
"SHED MY OLD SKIN" reflète une situation dans laquelle beaucoup peuvent se reconnaitre, mais encore ….?
LR :
"SHED MY OLD SKIN "est une de mes compositions, qui parle d'un divorcé heureux qui se retrouve enfin après trop longtemps d'un mariage catastrophe et qui "change de peau". Musique rhythm & blues New Orleans tendance Fats Domino, Huey Smith....
PK :
En effet, comme tu le suggères dans tes textes telle une issue pour ce divorcé, changer de peau et assumer avec force et conviction, une destinée parfois lourde de conséquences mais au demeurant salutaire, pour sûr, ça c'est typiquement de la "blues-thérapie" (rires)… Mais il faut aussi souligner que grâce à la musique qui l'accompagne, cette chanson ne sombre à aucun moment dans le mélodrame… Le sujet est très bien abordé, super chanson !     
Ceux qui te connaissent, savent que tu  affectionnes grandement la musique country, que tu n'hésites pas à lui laisser une place dans tes albums, ta chanson "GHOST TRAIN "en est un exemple flagrant !
LR :
"GHOST TRAIN": est un autre original, entre gospel et Johnny Cash, un texte parfois sibyllin mais toujours chargé d'images.
Train fantôme des souvenirs et des regrets .....
PK :
Les liens entre blues et country sont indéniablement étroits, à écouter l'une et l'autre de ces musiques, on trouve une réciprocité d'influences fortes, tel un pont dressé entre ces deux dimensions musicales. Mais à travers la perception culturelle qui est véhiculée, ça laisse tout de même à penser que le blues a visité plus volontiers la country, que cette dernière n'a pu le faire depuis toujours à son égard. Bref, n'est-ce pas là selon toi, une mauvaise interprétation contemporaine de ce métissage entre ces deux cultures musicales ?  
LR:
"Blues et country sont un peu les deux faces de la musique du Sud, l'une plutôt côté blanc l'autre côté noir, mais en fait c'est plus compliqué vu que les deux communautés se côtoyaient sans cesse et les genres ce sont interpénétrés ; voir Jimmie RODGERS "the singing brakeman", père avant Hank Williams de la country music, dont la plupart des titres sont des morceaux à structure blues (et même souvent les titres le sont). On trouve aussi cette interpénétration chez la Carter Family (belle-famille de Johnny Cash), dont il a hérité: là c'est le mélange gospel et hillbilly music/ old time… Qu'on trouve ensuite chez les Statler Brothers, Mylon Le Fevre/ Doc Watson.......... et chez Hank lui-même: exemple entre autre "Mind your own business", et chez CASH ("Hey Porter"), plus blues, tu meurs !
Dans l'autre sens, au hasard, l'harmoniciste noir du Grand Ole Opry, DeFord Bailey, les chanteurs country OC Smith ou Charlie Pride et la passion évidente pour le genre dans les ballades de Joe Tex (produit et enregistré à Nashville la plupart du temps), Arthur Alexander ou chez Eddy Clearwater et Lonnie Brooks..... Aussi Brook Benton et nombre de louisianais (Swamp blues chez Excello records) parmi tant d'autres !! Et tous les disques hybrides produits à Muscle Shoals ou Memphis (James CARR / Percy Sledge / Aretha Franklin / Ov Wright /  Wilson Pickett / Clarence Carter / William Bell ......). Ces artistes chantant beaucoup de titres, ballades ou non, composés par des blancs du Sud comme Dan Penn, Spooner Oldham, Donnie Fritts, Rick Hall… Sans parler des musiciens dominos chez Stax, Muscle Shoals  Sound etc. Et Elvis donc !
PK:
"HE AIN'T HEAVY, HE IS MY BROTHER "est le genre de ballade incontournable, qui met à rude épreuve les variations et expressions de la voix, un must pour les amateurs de voix funambules qui glissent sur le fil de l'émotion, à travers des paroles saisissantes, le tout transporté par une mélodie qui à aucun moment se laisse aller à la mièvrerie émotionnelle, l'émotion en toute simplicité. Magnifique chanson, très beau duo, textes poignants, un excellent choix !
LR:
"HE AIN'T HEAVY, HE IS MY BROTHER"est une reprise d'un evergreen de la fin des années 60 ,traité en ballade soul dont je partage le lead vocal avec mon complice Slim Batteux, soul singer émérite. L'idée me hantait l'esprit depuis plus de 40 ans…
PK:
Une autre chanson de l'album dont tu as envie de parler ?
LR:
Bien sûr !
"LIVIN' WITH ME SURE IS FUNNY ", une adaptation en anglais par moi-même d'un titre créé par Verbeke / Claude Langlois et moi à l'époque de ROCKIN'CHAIR, notre groupe blues / country / americana avant l'heure.   
Ici traité avec un arrangement tendance Louisiane. Texte hyper macho humoristique très caricatural et extrêmement peu bien-pensant !!!  En français ça s'appelait "PAS UN CADEAU "! "
On ne peut également s'empêcher d'évoquer, "THE GAME OF LOVE"le genre de morceau dont la durée ne se préoccupe pas de la sempiternelle nécessité commerciale des 3.30 minutes, voyez-vous !  

Un blues de 8.7 minutes qui prend le temps de s'exprimer, morceau à travers lequel Leadfoot avait beaucoup de choses à dire avec ses amis musiciens. Un pari osé et réussi !
Tout un chacun sait que les gouts musicaux sont divers et variés, et la fameuse formule "on ne peut pas plaire à tout le monde "s'applique à tous les artistes sans exception. Cependant, Leadfoot Rivet fait partie de ces artistes qui bousculent ce dicton sans pour autant le controverser, car qu'on l'apprécie ou pas, personne ne pourrait remettre en question sa ferveur cantatrice et son incroyable talent pour faire vibrer cette dernière.
Si Leadfoot affectionne grandement le blues, sachez qu'il garde une part belle au folk et à la country , on ressent d'ailleurs ces belles influences dans sa musique. De même, si pour ce monsieur les frontières musicales sont franchissables pour ensuite aboutir à une cohérence musicale solide ( il faut également découvrir son album "my mongrel music world") ,c'est simplement dû au fait qu'il possède une culture musicale impressionnante, de la folk traditionnelle à la west coast , de la country au blues, du jazz à la world music !
Leadfoot Rivet n'est certes pas un artiste-touriste, qui se gargarise de culture américaine dans le seul but d'étaler son art musical, à l'image de certaines confitures musicales frelatées, régurgitées sur une tartine néophyte.
Il fait partie de ces vieux américanophiles chevronnés et sincères, qui vous invitent à découvrir ce "sud"américain, très souvent évoqué et affectionné à travers la passion du blues .
Mais au fait, le titre de cet album n'évoque-t-il pas aussi, un subtil clin d'œil à son sud natal des Alpes de haute Provence qu'il n'a jamais renié, qui a vu naitre ce magnifique album…?
En quelques mots écrits certes avec ardeur, mais également nourris d'une profonde sincérité musicale :
Même si le blues est un pur produit américain, même si la France ce n'est pas l'Amérique, n'ayons pas de pudeur à dire ce qui se doit d'être dit:  Le Blues Français se porte bien et même très bien !
Leadfoot Rivet comme ses contemporains, nous en porte la preuve à travers cet album qu'il faut découvrir absolument…

PALKO (octobre2015)


* Les photographies contenues dans cet article ne sont pas libres de droits.
Toute utilisation est interdite sans l'autorisation préalable de l'auteur- Olivier Menart

Le casting des musiciens :

  * LEADFOOT RIVET : Harmo / voix lead / guitare rythmique résonateur sur "Why lie ?, Need beer !".
  * SLIM BATTEUX: orgue et piano (a notamment joué avec : Percy Sledge , Ray Charles, Billy Paul…)
  * JEAN PAUL AVELLANEDA: guitares leads et rythmiques acoustiques - électriques / résonateur-dobro.
  * STAN NOUBARD-PACHA: guitares lead (Ghost train / He ain't heavy / co-lead on Bullfrog avec JP. Avellaneda
  * ANSON FUNDERBURGH: guit. lead sur "Highly educated fool"/ leader des "Rockets"de Dallas texas / ami des frères Vaughan.
  * THOMAS WEIRICH: guit. rythm et lead ("Livin"with me sure is funny!") / toutes les basses y compris fretless / guitare-sitar et toutes les mandolines.
  * STEPHANE AVELLANEDA: batteries et percussions / le batteur d'Ana Popovic et drums endorsed chez Tama.
  * ALEX SATGER & NICOLE LISE: aux chœurs, ex membres du groupe Kin'Kila !

CRÉDITS :
Recorded & mixed by : JEAN-PAUL AVELLANEDA at EVS Studio - Oraison (France)
Executive production: PHILIPPE LANGLOIS
Mastering by: DUMÉ
Photos : OLIVIER MENART  http://www.oliviermenart.fr/
Artwork : BRUNO BOUSSARD
© 2015 Dixiefrog Records - 2015  LEADFOOT RIVET & JEAN-PAUL AVELLANEDA
  

Extraits de l'album à écouter depuis le lien ci-dessous : (CLIC)

vidéo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire