jeudi 22 janvier 2015

KEBRA, TRAMBER et JANO - par Pat Slade









Kebra : le rat de la zone



Bienvenue dans le monde de Bertrand Huon de Kermadec dit Tramber et de Jean Leguay dit Jano. Les deux bonhommes feront équipe le temps de six albums qui vont rester dans les annales de la bande dessinée. Les Humanoïde Associés de Moebius, Jean-Pierre Dionnet et Philippe Druillet nous feront connaître moult dessinateurs de talent comme Franck Margerin, Dodo et Ben radis (Dont j’avais déjà parlé dans de précédentes chroniques) par le biais de leurs journaux comme Métal Hurlant, Ah ! Nana ou encore Rigolo ! La particularité des B.D pour adultes c’est de montrer des histoires, des personnages et des décors que l’on ne verrait pas dans Pif Gadget ou dans la Patrouille des Castors de Mi-Tacq. Tramber et Jano vont mettre en scène un rat en blouson de cuir noir dans une banlieue pourave d’une cité bien crade : la cité Staline. Kebra est comme beaucoup de héros de papier, un looser magnifique qui "se la joue grave" ! Son seul courage face à l’adversité plus forte que lui, c’est la fuite. Il foire pratiquement tous ce qu’il entreprend, que ce soit du braquage d’un bureau de poste au vol d’un scooter en passant par le vandalisme et les dégradations volontaires, tout finit en eau de boudin. Sa copine, une jolie petite renarde au nom de Fuinette, il l’aime à un point qu’il remuera ciel et terre pour la retrouver quand elle se fera enlever par des truands, cette dernière lui sauvera la mise dès leur première rencontre, mais Kebra n’est pas tellement reconnaissant et continu à draguer les minettes à droite et à gauche. Guitariste au sein du groupe «Les Radiations» avec ses potes de la cité, les répétitions se déroulent souvent assez mal et il est rare qu'une tête d’ampli ne crame pas.
Qui dit cité, dit bande, et qui dit bande dit guerre et Kebra a un ennemi juré en la personne de Kruel un loup chef de la bande des Kruel’ Angels (Petite comparaison avec les Hell’s Angels) qui lui pourrit la vie dès qu’il le peut. Kebra est un rocker qui a son idéal bloqué dans les années 50, il roule en scooter couleur rose bonbon. On peut aussi l’apercevoir dans des décapotables Américaines très fifties,  et son arme de prédilection est le couteau à cran d’arrêt, blouson noir, jean et santiags, Bref ! Kebra est un loubard zonard qui aurait pu exister sous une apparence humaine.




A bon chat bon rat





«A bon Chat bon Rat» cette expression du XVIème siècle qui signifie que le chassé (le rat) s’adaptera à son assaillant et égalera son chasseur, est parfaitement adapté au personnage de Kebra. Quelques soient les problèmes qu’il se crée ou qu’il aura, il s’adaptera aux situations dans lesquelles il se trouve entrainé. Dans l’album «Le zonard des étoiles», après avoir dérobé un vaisseau spatiotemporel à un savant fou, il se retrouve complètement perdu dans un futur galactique entouré de mutants. Et malgré les galères inévitables, il arrive à draguer une belle princesse. Mais comme il est bordélique à souhait, il arrive a lui tout seul à déclencher une guerre inter galactique.


Kebra apparaîtra entre 1981 et 1985, quatre petites années qui en feront un personnage récurrent du neuvième art.

9 commentaires:

  1. J'ai adoré Kebra et son univers ; comme j'ai adoré Métal-Hurlant.
    "Kesta-ta, kesta ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les années passent et je regrettes les années "Métal Hurlant"

      Supprimer
    2. Ah mais les amis, vous qui étiez fan de Métal-Hurlant, faites comme moi, jetez vous sur Intégrale Rock de Serge Clerc, un pavé de 400 pages dans lequel est rassemblé tout ce que le Dessinateur Espion a pu pondre, la totalité des BD parues dans Métal Hurlant sur le Clash, Blondie, les Cramps, Elvis Costello, Les Stones, les Doors...plus ses couvertures de bouquins, ses pochettes de disques ( Big World de Joe Jackson c'était lui). Une mine d'or!!

      Supprimer
    3. Ah Serge Clerc ! Je dois avoir son album "Rocker" qui doit trainer dans un coin. Il y aurait beaucoup à dire sur lui entre se bandes dessinés, ses livres de dessins et ses illustrations de pochettes de disques comme "Tales from The Cramps" des Cramps

      Supprimer
  2. Ha oui, Serge Clerc. Je connais moins, parfois trop stylé (à mon goût). Toutefois je me souviens d'un bon délire sur Blondie en évadée de prison qui change de vie, change d'identité, et après diverses expériences, se lance dans le Rock'n'Roll après un concert des New-York Dolls. Là, de mémoire, tout était bon : le dessin, le cadrage, les plans et l'histoire.

    RépondreSupprimer
  3. Il existe une série télé qui reprend des histoires parues dans Metal-Hurlant (avec de jolies pin-up à la clef - racoleur, certes, mais... -).
    Les effets spéciaux ne sont pas mal (surtout pour une série francophone), malheureusement, le jeu de certains acteurs n'est pas extraordinaire. Malgré tout, c'est amusant de retrouver ces histoires misent en images.

    RépondreSupprimer
  4. Ah Kebra et la bande à Kruel : que de souvenirs, à l'époque je dévorais ces BD. " La honte aux trousses" est géniale. Un gros VU!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Ah nostalgie! J'ai encore des numéros de Métal Hurlant ressortis des cartons (avec d'autres) il n'y a pas si longtemps ...

    RépondreSupprimer
  6. Kebra : c trop fort, trop d'enfer, à quand un come back de ces 2 oufs de la Bd Tramber+jano

    RépondreSupprimer