lundi 4 août 2014

"TOO MUCH CLASS....DOGS l'HISTOIRE" par Catherine Laboubée

Dans la série  "nos lectures de vacances", je vais vous parler d'un bouquin que j'ai dévoré en ce mois de Juillet; certains lisent Marc Lévy ou Voila sur la plage mais quand on s'appelle Rockin' on lit des trucs sur ...le rock, j'ai donc emmené avec moi ce "Too much class...Dogs l'histoire", écrit par Catherine Laboubée,  soeur de Dominique Laboubée, fondateur et âme du mythique groupe de Rouen. Dominique qui nous a quitté trop tôt, à 45 ans, en Octobre 2002, atteint d'un cancer fulgurant lors d'une tournée aux States. Ce livre lui rend un formidable hommage, il est aussi un hommage à un art de vivre le rock'n'roll, à une époque, à la passion de la musique, à l'amitié.
Si vous me demandez à brule pourpoint quel fut le plus grand groupe de rock français of all times  je vous répondrai spontanément "Les Dogs", puis juste derrière d'autres normands, les Roadrunners de Frandol;  les Stock de Christophe Marquilly et le Bijou de Vincent Palmer complétant mon podium personnel. Même si je n'ai pas eu la chance de les voir en concert ce groupe m'a toujours fasciné depuis que j'ai eu mes premiers 33 tours d'eux dans les années 80's, ils n'étaient pas toujours facile à trouver mais j'avais un bon disquaire ("Jazz Rock Pop" à Tours)que je ne remercierai jamais assez d'avoir contribué à mon éveil musicale ( punaise quand je pense aux pauvres gosses qui se font une "culture musicale"(?) avec NRJ..). 

L'auteur le dit elle même elle n'est pas une spécialiste en musique , en revanche elle est historienne et écrivain et le gros plus c'est qu'elle a vécu la saga des Dogs de son frérot de prés, tout cela contribue à la qualité de l'ouvrage qui retrace le parcours du groupe de sa création à sa fin tragique. On y revivra la naissance de leurs   11 disques de 1979 à 2001, les galères, les tournées, en Scandinavie en Allemagne ou au Japon (et l’accueil nippon digne de la Beatlesmania) , toutes leurs influences (Kinks, Stones, Who, Velvet, Alice Cooper, New York Dolls, Flamin'Groovies, Dr Feelgood, Stooges, Buzzcocks Gene Vincent, Eddie Cochran, Buddy Holly, Isley Bothers ...), les rencontres marquantes (Wilko Johnson, John Cale, Inmates, Feelgood..), les autres groupes normands (les Olivensteins des frères Tandy, Little Bob, Valentino..). C'est aussi l'époque du magasin de disques "Melodies massacre" lieu incontournable du rock rouennais, et de la grand maison familiale devenue plaque tournante du rock local , lieux ou se croisent les musiciens et ou se font et défont les groupes. On y découvrira aussi mieux la personnalité de Dominique, sans doute  la seule rock star née dans l'hexagone, qui incarnait une certaine idée romantique du rock, pur, classieux, fidèle et sans compromissions, un passionné qui a suscité des vocations et était aussi toujours prêt à aider de jeunes musiciens. Il est frappant en regardant les photos inédites du bouquin de constater qu'en toutes circonstances Dom avait toujours LA classe, une élégance innée.  

Entre  pop classieuse, energie punk, pub rock , rock stonien, rock'n'roll originel, et rythm'n'blues Dom et sa Rickenbacker   nous assénait ses riffs secs et imparables, assortis de quelques éclairs d'harmo, et ce chant enragé en anglais  -la langue originelle du rock- avec cet accent frenchy qui en faisait le charme.

Les chiens (ainsi nommées car ils aimaient plein de titres avec le mot "Dog" dedans, "I wanna be your dog", 'Walking the dog" etc) nous balançaient dans les gencives des décharges brutes de rock'n'roll, jouées dans l'urgence et avec les tripes, aux antipodes des poseurs pour gamines qu'on veut nous vendre pour rock de nos jours.  Réécoutez  "Too much class for the neighborood" ou "Shakin with Linda"   qui auraient dû être des hymne rock, mais voila, ils étaient nés du mauvais coté de la Manche, pas de bol !(there's a party but I won't be there/they won't invit me-nobody dares/I don't know what I'm gonna do/I got to much class for the neighbourhood). Preuve du mauvais gout absolu de nos compatriotes l'echec de l'album de Louise Féron, "l'ivresse des profondeurs" 1989), un des plus beaux disques catégorie variété/PopRock des 80's que Dom coécrit et  produit (avec John Cale, mais celui ci a peu mouillé sa chemise sur ce coup là) et sur lequel il joue.

On  lira dans le livre de nombreuses anecdotes, des articles de presse d'époque, des témoignages de musiciens, ceux qui ont joué avec Dom et ceux qui l'ont croisé on the road et aussi de gens qui ont gravité autour de la "sphère Dogs" et on regardera avec nostalgie les  nombreuses photos d'archives familiale, pochettes de disques et affiches, sans oublier la discographie complète. Bref un ouvrage de référence et totalement incontournable pour ceux qui ont aimé ce groupe; quant à ceux qui ne le connaissent pas c'est une bonne occasion de le découvrir et de se jeter ensuite sur les Cd (on peut trouver facilement un coffret avec 3 albums, "Too much class", "Shout" et "legendary lovers" pour une douzaine d'euros!).

 Je dédie cette chronique à la mémoire de Dominique Laboubée (et bravo à la ville de Rouen qui a donné son nom à une place) et je remercie Catherine pour ce bel ouvrage. 

PS - je mets en lien le site de la Sonotheque Haure-Normandie qui permet d'écouter entre autres les Dogs, les Roadrunners,  Olivensteins, Fixed up, City Kids et plein d'autres groupes ! sonotheque-hn.com

ROCKIN-JL


3 commentaires:

  1. rockfour4/8/14 09:02

    n'ayant pas encore lu le bouquin, je ne sais pas si les Fixed Up y sont mentionnés mais ça m'étonnerait beaucoup qu'ils ne le soient pas car ils faisaient partie alors de la scène rock havraise, et bien qu'ayant sortis que 2 albums parmi les tous meilleurs du rock hexagonal des 80's, je tiens à préciser que leur 1er album est réédité par leur label CLOSER.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. honnêtement je ne sais plus si Fixed up y est cité, c'est fort possible. c'est incroyable le nombre de groupes qui se formaient alors dans le coin, la proximité de l'Angleterre sans doute. l'album de Fixed up a en effet était réédité mais apparemment introuvable depuis longtemps. sur le lien que j'ai mis en fin d'article on peut écouter 6 titres d'eux ainsi que les City kids, et plein d'autres groupes, connus ou oubliés. merci de ton passage Rockfour et à bientôt.
      .

      Supprimer
    2. après enquête, l'album des Fixed up est effectivement encore trouvable chez Closer records :
      http://shop.closerrecords.com/fr/cd/125-fixed-up-fixed-up.html

      Supprimer