mardi 15 janvier 2013

JAKE BUGG (2012) par ROCKIN-JL


SO BRITISH...

Si je vous dis que ce gamin de 18 ans cartonne en Grande Bretagne vous allez surement partir en courant. En effet y'a de quoi se méfier des gamins qui de Justin Bieber à One Direction nous cassent les couilles autant que les oreilles tout en mettant en rut leur cible marketing, c'est à dire les pucelles qui se b...

- Euh Rockin, t'y vas pas un peu fort là, pense à nos jeunes lecteurs! 
- Nos jeunes lecteurs Luc? ben tu sais on en a pas bezef de jeunes lecteurs.;. Lester vient d'entrer en maison de retraite, JPG a reçu un nouveau déambulateur, les Chics Types animent une croisière Costa, au "Chat qui fume" on écoute maintenant Frank Michael, HRT carbure au Viagra, ça m'étonnerait que je les choque nos "jeunes" lecteurs...Quant à nous...Oui Claude il reste de la verveine...

à la BBC (source le site de Jake: jakebugg.com )

Bon, reprenons. Vous vous méfiez des phénomènes de mode, vous en avez soupé des gamins "nouveau ceci" ou "nouveau cela" oubliés en 3 mois, voila pourtant 5 bonnes raisons de vous intéresser à ce Jake Bugg :
1- iI n'a pas une tronche de cake ni une tête de noeud
2- il ne sort pas d'une de ces émissions à la con de télé réalité
3- à ses concerts on trouve des fans de rock et pas de jouvencelles hurlantes
4- c'est un vrai musicien, guitariste, auteur-compositeur-interprète
5-  Il cite comme références des Nick Drake, Donovan, Beatles, Dylan, Johnny Cash, Buddy Holly et écoute aussi bien Hendrix, du old' blues (Charlie Patton et Robert Jonhson) ou les potes perruqués de Claude (Ludwig et Amadeus).

Né à Nottigham, sa forêt, son shérif, son club de foot (double vainqueur de la coupe d'Europe des champions en 79 et 80 quand même, hein Luc !), il grandit à Clifton, comté de Bristol, commence à tâter de la gratte à 12 ans et écrire à 14 ans, car il en avait marre "des merdes commerciales qui passent en radio". Il envoie une démo à la BBC et passe dans une émission de jeunes talents . Les choses vont aller vite ensuite, une signature chez Mercury  Records, des festivals (Glastonbury, Reading, Leeds) , une tournée en première de Noel Gallagher (un des freres ennemis d'Oasis), puis cet album qui dés sa sortie en Octobre s'envole jusqu'à la tête des charts (sortie française le 21.01).


Ce premier album justement est vraiment prometteur, et évoquera aux anciens la pop sixties des Kinks-Beatles-Hollies, aux plus jeunes celles de the La's ou Oasis et à nos 3 lecteurs encore en pampers Arctic Monkeys ou Last Shadows Puppets, à cela ajoutons un gros zeste de folk emprunté à Dylan ou Donovan, saupoudré de blues, de country et de rock,  pour le coté  nerveux (pour le coté jeune branleur aussi, la clope au bec).
Plus en détails nous aurons des rocks secs, sobres et efficaces  ("Lightning bolt", "Taste it", "Trouble town" ces 2 derniers avec des racines country) , des tueries pop ("Two fingers", "Seen it all"), une ballade dépouillée avec un harmonica trainant à la Dylan ("Simple as this") , des superbes ballades qui évoquent le Simon & Garfunkel de "Sound of silence " ou "Heart in New York ("Country song", "Someone told me") ou le folk ("Note to self") ou encore le psyché ("Ballad of Mr Jones"), et un blues pour finir, seul avec sa guitare ("Fire") avec ses craquements de vinyle d'époque, clin d'oeil aux pionniers du blues que Jake adore, il promet d'ailleurs un second album  plus blues.
Restent 3 ballades un peu molles du genou qui m'ont un peu lassé mais le positif l'emporte très largement, avec 5 ou 6 titres qui sont carrément des hits en puissance. Jake signe (ou co signe avec lain Archer) tous les titres, puisant ses idées dans le quotidien, sa ville, ses souvenirs.
J'ai pu ici ou là entendre parler de "nouveau Dylan" alors là je dis : ne nous emballons pas, il n'y aura jamais de nouveau Dylan pas plus que de nouveau Hendrix, et comme me le faisait remarquer Philou qui en a vu d'autres, tout cela a un air de déjà entendu. Certes, certes mais ne boudons pas notre plaisir, incontestablement ce p'tit gars a quelque chose et puis c'est si bon de voir émerger d'un vrai jeune talent au milieu de la daube ambiante. Alors si en plus le public suit...




"Lighning bolt" puis "Seen it all"

6 commentaires:

  1. Une sympathique découverte.
    (... qu'il laisse entendre que tout n'est pas - encore - pervertie).

    RépondreSupprimer
  2. en forme Rockin! et il a l'air sympa ce p'tit jeune. à suivre donc, surtout qu'il promet un album plus blues
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Jack Bugg, Jeff Beck, tout ça se ressemble quand même beaucoup. Et ce physique... C'est flagrant !!!!
    On ne me la fait pas à moi. Non mais...

    Vincent.

    RépondreSupprimer
  4. C'est évident !!!

    Vince.

    RépondreSupprimer