samedi 8 décembre 2012

1000ème DU DEBLOCNOT' : 4 articles pour le prix d'un !!!


- BrouhahaBrouhaha "Pop!!"CharivariBrouhaha"Pop!!"BlablablablaBrouhavarilabla"Pop!!"
- …Coupe de champ' pour Rockin'… pti canapé… hihi avec Sonia… blabla… sans Perrier… "Pop!!"
- Sympa Monsieur Luc ce cocktail pour la 1000ème publication… "Pop!!"… Ça n'a pas couté trop cher ?
- Non ça va, mais avec la crise Sonia j'ai demandé de limiter le nombre de petits fours…
- …Charivari… Dis dont Rockin' c'est quoi ce truc ? Piqué à Beaubourg ? Brouhaha
- Non Claude c'est la sculpture du mot DEBLOCNOT' réalisée par Philou avec… 1000 capsules de bière pour mettre au dessus de l'entrée de la rédac'…
- Bof, c'est pas plus moche qu'un César ha ha ha. "Pop!!"… Mais il a bu quand toutes ces cannettes ?
- Tu parles, elles blindent trois grandes "Pop!!"… poubelles de recyclage au sous-sol… sa consommation du trimestre…
- Waouuu je vois !! C'est symba Rockin' d'avoir invité la compta, "Pop!!"… le parketing et les relazions extérieures…
- Oui et tu te rends compte, Bruno vient d’acheter sa millème gratte, et toi Vincent, mille articles, ça nous rajeunit pas…
- Surtout toi le Claude, respect…. Yahouuuu. Hein l'ami BBP ?
- Ouaip  et …"Pop!!"… dis donc brave Claude, c'est pas du champomy....
- Ehhh, au pieu de vous foudre de boi, zavez lu les dhèmes et variazions du zour...hips.... 
- Ouuuh là là Monsieur Toon, dites moi... Ça va bien se passer, je prépare un litre de café.....

~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~

Recette de la symphonie "des MILLE" de Gustav Mahler (N°8) par Cook Toon

Pour les quelques péquins qui peuvent encore entrer dans la salle après disposition des forces en présence, prévoir :
3 sopranos, 2 altos, 1 ténor, 1 baryton, 1 basse,
1 chœur d'enfants + 2 chœurs d'adultes, (tous biens en chair)

À volonté : Premiers violons, seconds violons, altos,
violoncelles, contrebasses,
2 parties de harpes, 1 partie de 2 mandolines

4 flûtes, 2 piccolos, 4 hautbois
1 cor anglais, 1 clarinette en mi
3 clarinettes en si et en la, 1 clarinette basse
4 bassons, 1 contrebasson
8 cors en fa, 10 trompettes, 7 trombones, 1 Tuba (plus suivant goût)

3 timbales, 1 triangle, 3 cymbales
1 grosse caisse, 1 tam-tam, des cloches, 1 glockenspiel, 1 célesta

Mon truc : disposer en plus dans la salle :
4 trompettes, 3 trombones, 1 piano, 1 grand orgue, 1 harmonium
Cuisson : 80 minutes environ
En 1906, Mahler a une vie difficile entre : problème de couple, surmenage comme chef d'orchestre et blues face au manque de reconnaissance de ses œuvres précédentes, notamment du triptyque symphonique pur (les symphonies 5 à 7 – JE parle de symphonies !). Freud qu'il a consulté a dû lui conseiller d'exprimer, voire composer tout ce qui lui passe par la tête. Ah et bien c'est réussi. Mahler va libérer sa psyché encombrée à travers ce monstre, la 8ème symphonie et ses "mille" exécutants.
La chose est en deux parties : un Veni creator chanté à plein poumon suivi d'une seconde partie, en mode oratorio, sur des scènes de Faust de Goethe. En fait, le viennois saute le pas au risque de se tôler : il invente la symphonie pour Chœurs vs la Symphonie avec Chœur (9ème de Beethoven). En 1910, on commence la répétition à Munich avec dans la cohue de musiciens le chœur de 350 gamins qui s'amusent comme des fous. On a rallongé l'estrade de la salle de concert de l'Exposition Internationale construite  en  verre  et  en  acier.
Mahler s'épuise jusqu'au coma pour mettre en place en 3 jours son pantagruélique pseudo oratorio. Enfin, le jour J, un Mahler crevé et émacié, réduit à une silhouette, s'avance face à un public aux aguets qui se demande si c'est une farce pour faire exploser la verrière, ou le va-tout artistique du maître. Dans la salle, le gratin intellectuel musical et littéraire assure la claque : Richard Strauss, Max Reger, Camille Saint-Saens, Alfredo Casella, les écrivains  Gerhard  HauptmannStefan  Zweig et Thomas Mann. Ils sont sympas d'être venus les potes, car dans quelques mois… Mahler sera dans sa tombe.
Miracle, Mahler qui depuis dix ans fait ricaner les crétins (et ce n'est qu'un début) obtient un triomphe avec sa Kolossal symphonie !!! Moi il m'arrive d'essuyer une p'tite larme, pas en rigolant des bêtises un peu facétieuses que je viens d'écrire, non, en écoutant l'adagio qui débute la seconde partie…

En 2008, l'ouvrage a été donné à Bercy par l'orchestre de Paris dirigé par Christoph Eschenbach. Promis, un jour il y aura une chronique avec quelques beaux disques. (Sur le MP3 autour du cou avec les oreillettes… laissez tomber). Un peu de musique maintenant : le final dirigé par Simon Rattle avec le "National Youth Orchestra of Great Britain" :
xxx

~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~

- Au fait Claude : comment danser la valse à MILLE temps avec Brel ?

Ah Brel…, 1959, La valse à mille temps ! Le grand Jacques démarre en douceur "Au premier temps de la valse, Toute seule tu souris déjà". Et pour s'évader de cette sensuelle lenteur, il invente l'accelerando ultime comme on crée de nouveaux sports extrêmes ! Il y a des morceaux comme cela où l'on joue contre la montre, on poursuit le temps. L'épreuve consiste à ne pas bafouiller, ni se marcher sur les doigts de mains (Je pense au Scherzo n°1 de Chopin avec ses mille mesures à 4 temps et sa noire à 300 !!). J'entends mes mômes rire en découvrant vers l'an 2000 le train Brel lancé à la limite du déraillement dans cette folie verbale, une valse qui tournoie comme une toupie, les mots qui voltigent sans se brouiller.

Allez, on se fait un petit Karaoké ! J'ai tout prévu : le refrain et la chanson. Impossible de ralentir en fin de parcours. Commencez petit, puis suivez les wagons. Le texte est ci-contre… Perpetuum mobile… on s'envole, la tête tourne ! Le plus dur c'est le "trois cent trente-trois fois l'temps" sans postillonner……
Essayez de vous enregistrer et envoyez le résultat au Deblocnot. On fera des mesures de contrôle… un album à gagner… ou une valse trépidante avec Sonia.



~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~

- Et toi Rockin tu nous as trouvé quoi ?

 Mille sabords… pourquoi je n'y ai pas pensé plus tôt ! "Land of thousand dances", tonnerre de Brest !

Après la valse à mille temps, je vous emmène carrément au pays des 1000 danses, "Land of thousand dances", un des plus grands standards du R'n'B (pour  Rythm'n'Blues pas sa version daubesque le "ereneubi").
Un titre écrit et enregistré en 1962 par le chanteur / songwriter de la Nouvelle Orléans Kris Kenner (1929-1976). A cette époque les "dance songs" sont à la mode dans le rock'n'roll et Kenner s'inspire d'un vieux spiritual et balance dans sa chanson  non pas 1000 mais 16 noms de danses (Pony,  Chicken,  Mashed Potatoes,  Alligator,  Watusi, Twist,  Fly, Jerk, Tango,  Yo-Yo,  Sweet Pea,  Hand jive,  Slop,  Bop,  Fish,  Popeye) . Le succès n'est pas au rendez-vous,  Kenner approche ensuite Fats Domino pour que celui-ci enregistre  le titre et le fasse connaître plus largement, celui-ci accepte contre 50% des droits d'auteur, mais là encore, sans faire un bide, le titre ne décolle pas vraiment.
En 1965 il est réenregistré et réarrangé par le groupe américano-mexicain Cannibal & the Headhunters. Cette reprise est cruciale car c'est au cours de son enregistrement que le chanteur Frankie Garcia (c'est lui "Cannibal") ajoute les fameux "na na na na" au titre, tout simplement parce qu'il avait oublié les paroles, le single se hisse dans le Top 30 du Billboard… et intéresse le grand Wilson Pickett  qui le grave à son tour en 1966 dans les fameux studios Muscle Shoals pour son album "The exciting Wilson Pickett" ; avec carton à la clé : N°6 du Billboard et N°1 dans les charts Rythm'n'Blues.
Depuis on trouve ce titre au répertoire d'à peu près tous les groupes du monde, de la Papouasie occidentale au Lichtenstein en passant même par…chez nous ; en effet à ma connaissance il fut adapté 2 fois en français, par l'incontournable Dick Rivers ("Un air me parle" sur l'album "Mon ami lointain" en 1966) et par Tom & Jerry & les Sharks ("Ursula"). (J'avoue avoir peu d'infos sur ces derniers, si vous êtes de la famille, ou un fan, éclairez moi svp.)
Quelques noms parmi les centaines d'autres groupes ou artistes qui ont fait des covers de ce titre : Johnny Rivers, Rufus Thomas, Bill Haley, Otis Redding, Ike & Tina Turner, Patti Smith , Ted Nugent, le J.Geils Band, Joan Baez, Jimmy Barnes, Little Richard, Sam & Dave, Roy Orbison, Tom Jones… On retrouve aussi le titre dans la BO de nombreux films, "The full monty" par exemple…
On s'écoute la version de Pickett et celle de Ted Nugent, le cintré de Détroit :


xxx

Autre beau titre "A thousand miles away" de mes chouchous australiens, j'ai nommé Hoodoo Gurus (1991 sur l'album "Kinky"), à ne pas confondre avec le hit du même nom  des ricains the Heartbeats en 1957.
Ahhh, et spéciale dédicace à Claude Toon, et rien que pour lui, son idole de jeunesse, c'était en 1917 (!?), Mireille Mathieu qui nous envoyait "1000 colombes", pour les plus courageux d'entre vous, regardez la seconde vidéo...

xxx

~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~~~~~~~~~~1000~~~~~~~~~

- Et toi Luc, de quoi vas-tu nous parler ? T'as la mine piteuse...

Ouh là, que non ! Tu penses bien que le cinéma ne pouvait pas manquer à la fête, et je vous ai dégoté un p’tit chef d’œuvre: 1000, réalisé par Alfred B. Zimmemann. Une intrigue rocambolesque, des péripéties, avec cette histoire de Richard Hanney, un pilote de ligne, dont le Boeing 747, en péril, tombe en rade au-dessus du Sahara, avec seulement 48 heures de rations alimentaires. 28 jours plus tard, les naufragés font toujours des châteaux de sable. 12 hommes, membres d’équipage, sont en colère, car ils pensent que leur accident est dû à une négligence lors du dernier contrôle technique : il manquait un cinquième élément. Richard hanney part à sa recherche, ce qui le conduit en Croatie, en Dalmatie précisément, où il tombe sur le mystérieux club des 101, une organisation secrète crypto-japonaise, dirigée par 7 samouraïs. Richard Hanney parvient à s’évader, mais il est retardé. En effet, sur les 40 marches de l'escalier qui le mène vers la liberté, il en manquait une, et Hanney trébuche. Mais il a eu le temps de s’emparer de 10 documents classés top secrets, des commandements internes à l’organisation, qu’il pourra remettre à son contact suédois, en gare de Lisbonne. Richard Hanney se rend sur place, cherche parmi les voies le bon train, une scène époustouflante de suspens, quand il entend le signal : un train qui siffle trois fois. Les documents dont désormais entre bonnes mains. Et comme Richard n’habite pas loin, il entre chez lui en bus, retrouve sa famille et son chien.

Il n’est à déplorer qu’une petite négligence dans le scénario, un oubli sans doute : on ne sait pas ce que deviennent les autres, dans le Sahara.

Ce qui fait l’attrait du film, c’est son casting de choix, avec un Charlton Heston d’une stature toujours impressionnante dans le rôle de Richard Hanney, et j’avoue que le trio du cockpit, complété par Gary Cooper et Eddy Murphy, est tout à fait criant de cohérence. Le contact suédois, remarquablement joué par Takashi Shimura, est un choix osé, et le metteur en scène a dû batailler avec la production pour imposer sa vision du personnage. Un film plus complexe et profond qu’il n’y parait, donc. Il faut aussi saluer la prestation du couple Henry Fonda et Milla Jovovich (dans les rôles de monsieur et madame Walt, des passagers du vol) qui apporte une touche sociologique au récit, et permet à Alfred B. Zimmemann de traiter du thème des amours trans-générationnelle avec tact.

Cascades époustouflantes, scènes d’action parfaitement réglées, romance et exotisme, une mise en scène efficace, sans tape à l’œil ni de numéros d’acteurs ostentatoires, 1000 est une réussite totale, dont le succès à travers le monde n’est que mérité. Courez-y. Sur ce, faut que je parte, j'ai rencart... 

- Eh attends ! Y’a pas d’extrait ?
- Si mais... j’ai oublié, c’est ballot !
- Tu pourras me passer le DVD ?
- Mais c’est que… c’est pas édité encore.
- Ben tu l’as vu comment alors ?
- Au cinéma
- Où ça ?
- Euh, ils ont fermé la salle, pour travaux…
- Ca doit passer ailleurs, si c’est si connu ?
- Oui, mais là, j’ai pas trop le temps, tes questions c’est un peu lourd à force…
- Non mais tu ne te fouterais pas un peu de nous, là ? Gary Cooper et Eddy Murphy dans le même film !! C’est quoi ton machin ?! Tu crois qu’on a pas repéré le truc ??
- Ah pis merde ! Oui okay, ça va ! J'ai grugé ! Mais y’a pas de film qui s’appelle 1000 !!! Y’a « Les Milles » sur la déportation des juifs et des communistes dans un camp d'Aix en Provence, en 1940 ! Tu parles d’un sujet léger pour fêter notre millième article !!! Tu voulais que je fasse quoi ? Que je vous raconte 5% de 20 000 lieues sous les mers ? La moitié de 2001 ??? Et encore, y’avait un p’tit 0,5 de rab !
- C'est pitoyable mon pauvre Luc... Quelle honte ! Bon, au moins, y’a un avantage. Les lecteurs peuvent s’amuser à reconstituer les 10 films qui ont servi à cette arnaque ! Car 10 films sont cités, chacun comprenant un chiffre dans son titre dont l'addition fait : 1000... Le gagnant aura droit à une visite guidée des locaux, pour le bouclage du n°2000.
- Et je suppose que c’est moi qui aura la réplique : par ici m’sieurs dames…
- Tout juste ! 


2 commentaires:

  1. Happy 1000 au Deblocnot' !!!

    Y'avait aussi, plutôt que Mimi M, 1000 umbrellas de XTC, 1000 answers des Hives et 1000 km en URSS d'Extraballe ... et d'autres que j'oublie ou que je connais pas ...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Lester ! Trouver le moyen de balancer un clip de Mimi M. sur ce blog était un challenge à tenter !!

    RépondreSupprimer