mercredi 12 octobre 2011

Beth HART And Joe BONAMASSA - "Don't Explain" - (2011) par Bruno



Retour aux sources : covers de Blues, et apparentées, garantie sans matière grasse

     J'étais un peu fébrile en mettant l'objet dans le mange-CD. La rencontre Beth Hart et Joe Bonamassa me semblait un projet intéressant. Notamment grâce à ce que pouvaient se partager, et s'apporter mutuellement les deux protagonistes. Beth Hart est une excellente chanteuse, néanmoins je souhaitais pouvoir l'écouter dans un registre plus Rock. Quant à Bonamassa, si ses talents de guitariste de Blues-Rock sont indéniables, il me semble que depuis The Ballad of John Henry, il se perd dans une production plutôt boursouflée.
J'espérais donc que cette rencontre apporte du mordant à Hart et une temporisation aux débordements de Bonamassa.

     Et oh belle et agréable surprise, ce disque est une réussite.
Loin des dernières réalisations bien Rock de Joe, que se soit en solo ou au sein de Black Country Communion, Don't Explain oeuvre dans un Blues épuré, aux intonations tantôt Jazzy, tantôt Soul, Blues-eyed Soul, voire Rythm'n'Blues.
Beth et Joe se sont tout simplement faits plaisir en interprétant des reprises. En fait, ce serait Beth qui aurait fait le choix de titres qui lui tenaient à cœur. Certaines chansons ont été choisies autant pour leur qualité que pour rendre hommage aux l'interprètes (et/ou compositeurs). Ainsi, pour Beth, Etta James, Aretha Franklin et Billie Holliday sont des influences majeures, et on retrouve donc des chansons de ces grandes dames.

     L'album ne garde pas pour autant un regard uniquement tourné vers le passé puisque le tandem reprend également une composition de Melody Gardot et une de Tom Waits.
Dans cet ensemble très Blues, deux titres cassent une relative homogénéité. Il s'agit de Chocolate Jesus, composition de Tom Waits, sorte de Blues-rock-jazzy bastringue aux parfums de la New-Orleans, et surtout de For My Friend qui bouscule tout en évoluant dans un registre Hard-blues 70's. Par ailleurs, ce dernier permet de montrer que Beth est capable de montrer les crocs.

Bien qu'avec son précédent disque, My California, Beth Hart prouvait qu'elle avait progressé, elle semble qu'avec Don't Explain, elle se soit encore améliorée. Son chant a gagné en profondeur et en intensité émotionnelle. Avec ses deux dernières réalisations, Hart se hisse au rang des grandes chanteuses - celles qui ont à la fois de la personnalité et un réel talent. Ceci étant, elle prouvait dès 1993, lorsqu'elle remporta le concours télévisé Search Star (Nouvelle Star américaine) qu'elle avait le potentiel suffisant pour se dispenser d'évoluer.

     Beth développe à travers son chant de l'enthousiasme, de la ferveur, de l'effervescence, de l'émotion brute, notamment dans les titres lents, où la modestie de l'orchestration permet de goûter à sa qualité vocalique sans altération. Ni chœurs ni doublage. La puissance et la voix de Beth se suffisent à elles-mêmes.


Bonamassa, de son côté, se montre bien humble. Les pédales d'effets et les amplis boostés sont mis au rancard au profit d'une sobriété au service de la chanson. Rien qui risquerait de couvrir ou d'interférer avec le chant. Le volume sonore de sa guitare n'a jamais été si peu élevé. Un son de Humbucker à capot branché dans un vieil ampli, légèrement crunchy, plus velouté que granuleux. Un jeu et une sonorité à situer entre ses productions post-Sloe Gin, Robben Ford et le British-Blues.
A mon sens, c'est dans ce cas de figure qu'il se présente comme un grand musicien. Il faut savoir ne pas trop en faire, jouer des silences et de la respiration autant que des notes. « Less is more ».
En fait, il semble même s'effacer pour laisser plus de champ à Beth.
Il ne chante, en duo, que sur Well, Well.

     Et Kevin Shirley, qui ne lâche plus son poulain, a su, contre toute attente, se maîtriser pour revenir à une production plus dépouillée. Il a privilégié un son le plus naturel possible, donnant parfois presque l'impression d'un enregistrement live dans un club de jazz. Juste quelques petits violons qui viennent discrètement s'immiscer en arrière plan sur les plages les plus calmes. Tout en étant plus en retrait, ils s'inspirent de l'habillage des slow-blues d'Albert King, Etta James, BB King ou Freddie King et de certaines productions de Ray Charles et d'Aretha.
Une production qui essaye de faire le lien entre celle des originaux et une actualité musicale, tout en évitant les écueils qui l'aurait fait pencher vers un Blues-FM et/ou sirupeux. C'est vivant, organique, et cela respire.


     Si on est immédiatement séduit dès l'ouverture avec un Sinner's Prayer en version Blues-rock, c'est avec les titres les plus pondérés que l'on est définitivement conquis. Une raison simple : loin de toutes ornementations, les inflexions et la puissance de la voix de Beth dévoilent sans retenue toute l'ampleur de son talent. Cette voix, qui prend un falsetto naturel lorsqu'elle rugit, vous saisit à la gorge, touche la corde sensible pour vous charmer, pouvant muer l'ours le plus ronchon en tendre agneau.
Your Heart is as black as Night, Don't Explain, I'll Take care of You, Ain't no Way appellent au recueillement, ils semblent arrêter le temps. Pas larmoyant mais saisissant.

     Alors oui, les grincheux diront que ce n'est qu'un disque de reprises, encore un. Toutefois, ce n'est pas un « Tribute-Album » dédié à un artiste connu, Beth et Joe n'ont pas misé sur des titres vraiment connus du grand public, et leurs versions ne se calquent pas sur les originaux. Et puis qui peut de nos jours se permettre de reprendre de  l'Etta James, de l'Aretha Franklin et surtout du Billie Holliday sans avoir à rougir, sans risquer de s'exposer, à raison, aux sifflets et aux huées ?


En conclusion (et l'article aurait pu se limiter aux quelques lignes suivantes... mais je risquai de m'exposer aux foudres des collaborateurs) :
Crénom ! Bonamassa n'est jamais aussi bon que lorsqu'il se fait plus discret, et Hart, fidèle à elle-même (cela vous étonne ?) s'abandonne corps et âme à ses grands classiques. La classe à l'état pure. Même Shirley, subjugué par tant de talent naturel, a oublié le sucre glace, la chantilly 80 % de matière grasse et les divers ingrédients qui ont envahi ses dernières productions. Et c'est tant mieux !
Le disque du mois.



  1. Sinner's Prayer - 4:28 - (LLoyd Glenn, Lowell Fulson) - popularisé par B.B. King et Ray Charles
  2. Chocolate Jesus - 2:38 - (Tom Waits, Kathleen Brennan)
  3. Your heart is as black as Night - 4:59 - (Melody Gardot)
  4. For my Friends - 4:10 - (William "Bill" Withers)
  5. Don't Explain - 4:32 - (Billie Holliday, Arthur Herzog Jr)
  6. I'd rather Go blind - 8:05 - (Billy Foster, Ellington Jordan) - écrit pour Etta James
  7. Something's got a hold on me - 6:02 - (Etta james, Leroy Kirkland)
  8. I'll take care of You - 5:12 - (Brook Benton) - popularisé par Gill Scott-Heron et Van Morrison 
  9. Well, Well - 3:40 - (Delaney Bramlett) - Delaney and Bonnie
  10. Ain't no Way - 6:47 - (Carolyn "Aretha" Franklin)
  11. I'll Take car of You (radiot edit)  

(seulement cinq parce qu'il n'y a que des reprises)





Le duo remet le couvert, en 2003, avec : "SeeSaw" (clic)
La chronique de Luc sur le dernier opus de Joe Bonamassa : http://ledeblocnot.blogspot.com/2011/06/joe-bonamassa-dust-bowl-2011-par-luc-b.html

7 commentaires:

  1. bonjour et merci pour cet article je découvre l'album aujourd'hui et n'en suis absolument pas deçu j'ai mis un lien sur votre blog plus particulierement cet article en postant un titre d'eux (Ain't no way) merci du travail fait sur l'article et à bientôt.
    blues-rock.musicblog.fr en cas ou :)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour "anonyme" (aahhrrggg c'est quoi votre nom ?) et merci pour votre passage, et pour le lien Déblocnot posé sur votre blog. Au plaisir de vous revoir, notre rubrique blues rock devrait nous valoir de nouvelles visites !

    RépondreSupprimer
  3. merci du passage et content d'avoir fait découvrir Aurélie Cabrel je suis en parfait accords avec les com mis et trouve aussi que c'est plat.
    @ bientôt je mets ton blog en favoris ;)
    @++ tony

    RépondreSupprimer
  4. OUMPF!!!! Écouté la Beth sur les ProAc du frangin...FARAMINEUX!! C'est du très très haut niveau là! Lui ai chouravé le CD, sais pas si lui rendrai...ça sortira pas de la famille..

    RépondreSupprimer
  5. I'd rather Go Blind...j'ai pas de référence, mais ça pourrait en devenir une!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Oly de Kosmoblues
    Je viens de découvrir votre blog. Vos chroniques blues me parlent parce que j'anime sur le web une heure hebdomadaire. Beth Hart, Lurrie bell, eric Bibb, Bjon Berge entre autres.
    Je mettrai votre blog en lien sur notre site.
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  7. Oly is back. Mon émission Kosmoblues sur radiomille pattes. 92.9fm ou www.radiomillepattes.com. Bien à vous

    RépondreSupprimer