lundi 23 mai 2011

PAUL RODGERS - " Cut Loose " 1983 par Philou



Tout, tout seul !!!

Bon, c'est vrai la pochette de l'album fait plutôt penser à une pub pour aftershave, mais comme ce bon vieux Paulo a tout fait de A à Z, on ne va pas chipoter pour une chopette tout de même, non mais, sans blague....
Nous somme donc en 1983 et après la déception de l'album (raté !?) de Bad Company " Rough Diamonds" sorti en 1982, Paul Rodgers dissout officieusement le groupe et sort son premier album solo "Cut Loose".
Enregistrée au domicile du chanteur à Kingston, il s'agit vraiment d'une œuvre en solo dans tous les sens du terme, car Paul a tout écrit, produit, chanté et joué jusqu'à la dernière note !!!
En effet, en plus de mettre en lumière sa merveilleuse voix, il joue de tous les instruments : guitares, claviers, basse et batterie.

"Cut Loose" contient vraiment de bonnes chansons mais malheureusement, sonne un peu comme des enregistrements de bandes démo et manquent de dynamisme et de profondeur. Le jeu de basse de Paulo est simple mais efficace, le piano, no problem, il assure ..... par contre son drumming est rudimentaire et manque de finesse.
On connaissait l'immense chanteur, on découvre un guitariste capable de nous balancer des riffs tranchants et des solos incisifs comme sur les titres "Fragile" et "Cut Loose".
Évidemment, c'est pas à un briscard comme Rodgers qu'on va apprendre à chanter le blues, si vous n'êtes pas convaincu, écoutez "Talking Guitar Blues", ça semble si simple...
L'album compte son petit lot de ballades, évidemment, la grande spécialité et le péché mignon de Mr Paulo :
- "Live In Peace"(qui sera reprise sur le 2ème album de The Firm "Mean Business" avec Jimmy Page)
- "Rising Sun", c'est le morceau le plus sophistiqué du disque, avec ses lignes de piano rapides et sa guitare déchirante qui donnent un coté dramatique à la chanson.
- "Nothwinds", est une petite perle mélodique avec des notes de piano et de guitare obsédantes qui viennent ajouter de la profondeur à la voix déchirante de Rodgers.

A noter également la présence de "Superstar Woman", un morceau écrit en 1974 pendant les sessions du 1er disque de BAD COMPANY, il a été ré-enregistré par Paul Rodgers pour cet album.

En écoutant cet album, je me rend compte qu'il contient des chansons qui tiennent sacrément bien la route, bien supérieures à celles de "Rough Diamonds" et me demande ce que cela aurait pu donner s'il avait enregistré avec des musiciens comme Mick Ralphs, Boz Burrell & Simon Kirke, car malheureusement au final, il lui manque la qualité de jeu de ces prestigieux musiciens et le son inimitable de BAD CO.

L' album ne grimpera pas au delà de la décevante 135 ème place des charts US.










"Boogie Mama" live avec Jimmy Page & Chris Stainton


3 commentaires:

  1. "Boogie Mama" !! Quel titre ! Page en grand érudit ne s'y trompe guère.
    Malgré sa "pauvre" prestation dans les charts US, cet album n'en demeure pas moins un grand disque (même si le "drumming est rudimentaire").
    Très très largement au-dessus de ceux de The Firm, du dernier Bad Co et de The Law. Si l'on apprécie Free et/ou Bad Co, cet opus est indispensable. Vouaille !!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avais sacrément aimé celui là à sa sortie. J'ai révisé Straight shooter la semaine dernière, celui là ce sera pour celle ci.
    Hugo

    RépondreSupprimer
  3. un peu surpris de voir cette chronique quasiment la traduction de celle d'allmusic...ceci dit sans méchanceté car j'en partage le fond. Renaud

    RépondreSupprimer