mercredi 29 décembre 2010

The HOAX "Humdinger" (1998) par Bruno

Le Blues-Rock Texan de Stevie Ray Vaughan en Albion



The Hoax c'est avant tout un dégagement de chaleur de Blues-Rock décomplexé, fier et enthousiaste. Un Blues-Rock torride délivré par un jeune quintette anglais, pressé d'en découdre et de démontrer leur savoir-faire. Un groupe qui, bien que comportant deux guitaristes, a la sagesse d'éviter les sempiternels soli à rallonges, sans âme et égocentriques que l'on retrouve hélas souvent trop souvent dans ce genre de musique. Un groupe qui sait insuffler, au besoin, une dose pertinente de Soul.



A l'origine un banal groupe de copains, cinq échalas de Devizes (du comté de Whitshire, en Angleterre - Stonehenge), jouant du Blues-rock, The Hoax prendra rapidement de l'ampleur, et grâce à un premier album très prometteur en 1994, « Sound like This », produit par Mike Vernon, le groupe fut, en 1995, consacré meilleur groupe anglais de blues, et fut récompensé d'un British Blues Awards. Ce qui lui ouvrit les portes des USA, où il fit la première partie de Buddy Guy. Suit en 96, une deuxième galette, « Unpossible » ; alors que le précédent avec encore un petit quelque chose qui le liait à une scène british-blues, celui-ci, prend des accents nettement plus américains, avec notamment une orientation plus Soul, avec quelques rares penchant Pop. On pense parfois à Storyville ou à Jimmie Vaughan. Bien que meilleur, plus concis et structuré, "Unpossible" ne semble pas être parvenu à avoir un succès équivalent à son prédécesseur. En 1998, The Hoax délivre ce qui pour beaucoup, et ce à juste titre, demeure leur meilleure réalisation, « Humdinger ». C'est la consécration. The Hoax, fort de cet opus revitalisant, d'un réservoir d'excellentes compositions, et d'une prestation scénique maîtrisée, joue à guichet fermé dans toute l'Europe (un fait rare pour un jeune groupe de blues européen, même anglais).


Jon Amor, guitares.





L'influence de Stevie Ray Vaughan, qui était déjà évidente précédemment, est ici exacerbée. Le côté Soul de The Hoax est plus en retrait au profit d'un Blues-rock consistant.

Sans contestation possible The Hoax s'inscrit, avec cet opus, bien plus que Kenny Wayne Sheperd ou Chris Duarte, dans la continuité de feu-Stevie Ray. A part qu'au lieu d'agir en power trio, ou encore de s'enrichir d'un orgue Hammond (comme l'avait fait Stevie avec celui de Reese Wymans), The Hoax a adopté la formule « Deubeulle Guitars ». Doublement Fender Stratocaster, recrachées par des amplis Fender, vintage si possible, mais pas que (dans le livret de leur 1ère réalisation, ils affichaient une fabuleuse collection, rangée pêle-mêle, de têtes d'amplis et de combos divers vintages érodés). Deux guitaristes poussant le vice jusqu'à sonner comme leur idole. Ce son si particulier que l'on ne peut obtenir qu'à l'aide de cordes à fort tirant, proches du câble. Parfois boosté par une Ibanez Tube Screamer, parfois d'une Fuzz Face, coloré de chorus, d'omnipotente réverbe, ou/et d'un discret Rotovibe, ou d'une imitation de cabine Leslie. Un son claquant et puissant à la fois. Toutefois, le son des guitares de The Hoax est un tantinet plus puissant, allant parfois jusqu'à la limite des frontières du Blues-Rock Texan. Au delà, on nagerait en plein Gary Moore, Stoney Curtis & consorts.


Jesse Davey, guitares

[Davey prétend que pour avoir une superbe réverbe naturelle, il place un ampli Fender dans une salle de bain ; parfois en Stéréo, avec un second dans une pièce limitrophe]



Quant au chanteur, sa tessiture vocale évoque, également, Stevie Ray, en moins enfumé, mais aussi Kim Wilson, et quelquess maîtres de la Soul des 60's, sans atteindre la raucité naturelle de ces derniers. Occasionnellement, il tâte de l'harmonica, dans un registre coincé entre un Magic Dick, un Lee Brilleaux et un James Cotton.

Toutefois, même s'il est indéniable que leur source principale demeure la musique du célèbre Texan, The Hoax n'en est aucunement un ersatz. Et, à ce titre, leurs compositions ne sont jamais une pâle copie du répertoire de SVR (qui, lui-même, découlait d'une rencontre du Chicago-blues et du Blues Texan) ; plus une continuité qu'une perpétuation. Deux guitaristes offrent un jeu flamboyant, souvent dédié à feu-Stevie Ray Vaughan, au point de quelquefois donner l'impression qu'il est ressuscité. Sans égaler sa vélocité, ni atteindre par exemple la maestria d'un "Riviera Paradise" ou d'un "Lenny", les soli sont néanmoins lumineux. Un son puissant, présent et défini, couplé à une production organique, conférant ainsi une qualité d'écoute irréprochable et totalement adapté au registre. Celui d'un Blues-rock sans faux-col.


The Hoax s'articule autour de Hugh Coltman, au chant, harmonica et percussions, Jon Amor, aux guitares lead & rythmique, Jesse Davey, aux guitares lead & rythmique (et couvre-chef), le frérot Robin à la basse, et Mark Barrett à la batterie (incorporé en 97).

The Hoax a su progresser autant techniquement qu'en feeling, et réaliser trois albums qui, s'ils restent foncièrement ancrés dans le Blues, n'en demeurent pas moins différents.


Hélas, le groupe éclata en 1999, ses membres (tous ?) désirant entamer une carrière personnelle (qui ont toutes, à des degrés divers, portées leurs fruits).



  1. High Expectations (3.58)
  2. Feeling Time (6.34)
  3. Last Man Down (4.16)
  4. Superstition (5.35) - de Stevie Wonder
  5. Something Out Of Nothing (2.42)
  6. Groove Breaker (5.31)
  7. I Want To Be Loved (3.44) - de Willie Dixon
  8. Long Way Home (3.28)
  9. Bones (6.11)
  10. Don't Shake My Hand (9.07)
  11. ** titre caché ** (4.38) - jam acoustique (improvisée ?) entre Coltman et un des guitaristes.


The Hoax s'est reformé cette année, en 2010, pour une série de concerts anniversaires. Pour l'occasion, un DVD a été réalisé.


Amusant : Jesse Davies, physiquement pourrait être le fils de John Mayall, alors que Jon Amor, bien plus nettement, celui de Pete Townshend.



(et demi)


C'est la crise : récession du budget, à trois sur une guitare

8 commentaires:

  1. Ils sont absolument fantastiques. Enormément de mouvement sur scène,... et de l'humour anglais en plus ...
    A voir absolument.

    http://philmaq.skyrock.com/2905202433-THE-HOAX-Blues-Peer-Festival-17-juillet-2010.html

    [Philippe]

    RépondreSupprimer
  2. Shuffle Master2/1/11 11:53

    Connais pas... Je vais écouter.

    RépondreSupprimer
  3. Très bon groupe et en complément des 3 albums studio, il existe un live "live forever" (recording live in the spring of 1999) distribué par Dark Reign en 2000, absolument génial pendant 64mn.
    Jon AMor, excellent guitariste et créateur, a ensuite monté le groupe Amor, avec le batteur Wayne Proctor et le bassiste Mat Beable, (un clavier intervient à l'ocasion) cette formation a sorti deux très bons albums "Amor" en 2001 et "Even after that" en 2000, j'en ai fait des commentaires sur Amazon pour ceux que ça intéressent.

    RépondreSupprimer
  4. gege_blues9/1/11 18:17

    Je me suis trompé, "even after that" est de 2002.

    RépondreSupprimer
  5. Salut GéGé ! Content que tu viennes nous lire.
    Je ne connais pas leur live, j'ai toujours hésité à l'acquérir pas peur du résultat d'enregistrement car bon nombre d'enregistrements en publics des 80's à nos jours m'ont fortement déçu.
    Quant aux Amor, je les ai toujours recherché sans jamais les trouver, sauf à des prix excessifs. J'ai récemment pensé au site du groupe (ce que je fais de plus en plus souvent).
    Je te fais confiance, je commande illico "Even after that".

    RépondreSupprimer
  6. Tout cela m'a l'air excellent! J'y cours! A condition de les trouver à un prix abordable! car c'est bien souvent le problème, on nous excite et quand on veut mettre la main sur les pépites convoitées! INTROUVABLE! comme Tribe of Gypsies!

    RépondreSupprimer
  7. hello JP....tu peux trouver un album de Tribe Of Gypsies "TRIBE OF GYPSIES III" qui la version US de "Standing on the Shoulders Of Giants"(version japonaise) à un prix modique (environ 2,50 €) sur A....N, les autres albums sont très durs à dénicher à prix corrects !!!

    RépondreSupprimer
  8. "Humdinger" a été remasterisé (pochette bleue), et est également disponible sur le site du groupe.

    RépondreSupprimer