mardi 18 juillet 2017

PAUL MacMannus & the old timers "Roo Doo Doo" (2017)



Le moins que l'on puisse dire c'est que le bluesman varois Paul Mayan alias Paul MacMannus n'est pas fainéant, en effet quelques mois après  l'album "Boogie & soul"  le revoilà avec un nouvel opus, le cinquième joliment nommé "RooDooDoo". Et un nouveau groupe puisque après le Blues & Boogie Band, ses "Friends", le solo,  le voici avec ses "old timers". Ces "vétérans" sont Hervé Letrillard (drums) et Luc Laverne (guitare) , le Paulo étant comme d'habitude à la basse et au chant, il signe aussi  toutes les compos, dont certaines sont des anciennes réarrangées pour l'occasion, le tout mis en boite dans les conditions du live  en 2 jours. Cette formule brute en power trio fait péter les décibels et le boogie reste la ligne directrice, pour preuve 4 des 10 titres portent le mot "boogie" dans l'intitulé.

Comme le bien nommé "it's the boogie" qui ouvre les hostilités et nous explique les effets du boogie sur l'ame (it's a hurricane haunting your brain/ it's dynamite blowind up your mind/ feel the power of the boogie") , sur un bon gros boogie gras   à la John Lee Hooker, électrifié par Canned Heat, Savoy Brown, Foghat, Cactus ou ZZ Top, gros beat mené par une basse ronflante, guitare incisive et chant chaud. La suite est encore plus musclée  avec "Boogie save the world", un rien utopiste  ("living in a crazy world/ let me hope one day/ boogie save the world") mais l'utopie fait vivre..
"Bad girl"  nous ramène vers le blues rock texan tel qu'affectionnait un Stevie Ray Vaughan, avec de bons passages de guitare, quant à "The night calls me" il lorgne  vers le Chicago blues classique et s'emballe sur un rythme  échevelé sur la fin . Retour au calme avec 2   blues chaloupés plus lents  "Lost in the maze of love", joli titre d'ailleurs  ("perdu dans le labyrinthe de l'amour") et "It's close to midnight" .
(un clin d'oeil à Cactus?)
Mais le boogieman se réveille avec  le blues rock "Boogie gotta be our creed" alors que "Woke up late" est un slow blues déchirant  au thème on ne peut plus bluesy ("When I woke up late this morning/ I saw my baby was gone"). "Are you ready to boogie" nous demande la combo avant de nous faire danser sur "Boogie tonite" et pour finir  le blues rock "Buy me a time machine"; une machine à remonter le temps, voila bonne idée pour revenir à l'age d'or  du Chicago blues ...Mais en attendant que cela puisse se faire cet album procure une bonne tranche de plaisir, joué avec conviction dans un esprit festif; que du bonheur je vous dis.

ROCKIN-JL

plus d'infos, dates etc sur leur site: paulmacmannus-oldtimers.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire