lundi 29 août 2016

LA PORTE DES TÉNÈBRES de Glenn COOPER (2016) – par Claude TOON



Glenn Cooper
Dans la trilogie "Le livre des âmes/morts/prophéties", j'avais découvert en Glenn Cooper un auteur de thriller à l'imagination féconde et originale, un renouvellement dans le style "roman occulte" qui souvent ronronnait depuis le célébrissime "Da Vinci Code" : intrigue de templiers, de sectes sataniques, de recherche du Graal ou de l'évangile selon Rockin. Des sujets usés jusqu'à la corde depuis une douzaine d'années…
Quelques ouvrages de cet auteur plus tard, dont l'excellent "Testament des templiers", qui d'ailleurs ne parlait pas vraiment de templiers (je ne dis pas merci aux éditeurs qui, racoleurs, traduisent n'importe comment certains titres originaux – "la dixième grotte" étant la francisation de "The Tenth Chamber", titre original de cette histoire de caverne), je découvre le tome 1 d'un diptyque "la terre des damnés" dont voici la première partie : "La porte des ténèbres", un titre cette fois-ci parfaitement métaphorique par rapport à l'intrigue.

Résumons, mais pas trop, pour ne pas violer les secrets d'un sujet original. Vous avez tous entendu parler du collisionneur du CERN à Genève : un tore creux, de 26 km de circonférence, dans lequel les physiciens lancent à toute vitesse des atomes pour les fracasser et percer les secrets de leur intimité, à savoir un puzzle de particules comme les gluons, les mésons, etc. et surtout le "boson de Higgs", grande énigme de la physique moderne. Lors du premier essai, la presse à sensation avait émis le risque de la création d'un trou noir qui aurait englouti la Terre et nous avec. Gloups !

Dans l'imaginaire de Glenn Cooper, Les British et les Yankee, jaloux de l'accélérateur géant du CERN, en ont construit un autre bien plus grand (bien entendu, 100 bornes ; concours de b**s USA-Europe catégorie cyclotron) qui ceinture Londres. Objectif d'Emily Loughty, physicienne en chef de projet : mettre en évidence l'existence des gravitons (je vous fais grâce de l'aspect scientifique – pour les fans : Clic). 
Emily sympathise et plus car affinité avec le responsable de la sécurité John Camp. Un ancien commando de l'U.S. Army aussi séduisant que baroudeur.
Le jour venu, on lance le monstre à 10 TeV * et, Eurêka, ça marche. Le responsable financier de la machine, désireux de fayoter auprès des ministères et des commanditaires demande alors de tripler la puissance de la machine malgré les craintes d'Emily de provoquer des effets néfastes et incontrôlables. Et… Pfutt… Plus d'Emily, mais à sa place un clodo sanguinaire et puant qui prend la fuite !
* Téra électronvolt. Peu importe quoi ça c'est comme dirait Christophe Maé, mais ça a son importance…
Je saute sur les hypothèses émises sur ce chassé-croisé spatio-temporel imprévu et les conciliabules qui vont conduire John à renouveler le grand saut dans l'inconnu pour porter secours à sa chère Emily et la ramener sur le plancher des vaches… où qu'elle ait disparue.

John atterrit dans un monde parallèle : "la terre des damnés", un enfer à la Lewis Carrol d'Alice au pays des merveilles où, juste après leur mort, débarquent tous les soudards, coupe-jarrets et assassins de crime de sang, au détail ou de masse !!! Il meurt de leur belle mort ou aidé à coup de guillotine, flingue, poison et… hop, directement dans cet enfer étrange et sans diable. Géographiquement : aucune différence : la Tamise, la Seine, Paris, Londres sont à leurs places dans un monde grisâtre où le style et le train de vie confine à un moyen-âge amélioré avec les moyens du bord.  Pas vraiment le paradis ! John aura quelques semaines pour retrouver Emily dans cet univers déjanté où les Borgia, Staline, Himmler, Henry VIII ou Robespierre (ci-contre) et plein d'autres monstrueux personnages historiques continuent de s'étriper en bandes organisées pour prolonger éternellement leur pouvoir terrestre, sachant qu'ils sont devenus immortels ; enfin pas tout à fait.
Le génie de John et d'Emily et bien sûr le sexappeal de cette dernière attirent les convoitises de cette faune de barbares. (Une jolie femme bien vivante et canon est plus attirante qu'une donzelle morte vivante qui sent le moisi). Le récit constitue une suite ininterrompue de péripéties digne de Dumas. Le rythme est soutenu.
Glenn Cooper partage avec ses lecteurs la quête picaresque de John et Emily pour tenter de revenir dans leurs univers. Un aventure loufoque, à l'humour décalé dans une pseudo civilisation arriérée et délétère. John et  Emily vont semer la pagaille noire dans le traintrain géopolitique grotesque de cet enfer loin des de l'imagerie chrétienne. Reviendront-ils, oui ou non ? Je ne dirais rien car…
Collisionneur du CERN
- Pfttttt
- Msieur Rockin', y a Msieur Claude qui a disparu sous mes yeux… hiiiiiiiii
- Il avait fini son billet, c'est le principal !
- Ah bah bravo l'humanisme…
Point fort pour les amateurs d'histoire de l'Europe, cette galerie de personnages historiques et monstrueux laissera un peu sur le bord de la route celles et ceux qui somnolaient en cours d'histoire. Glenn Cooper s'amuse et nous amuse dans cet imbroglio historico-fantastique par un jeu d'anachronismes bien agencé. Pas mal de bagarre, un soupçon de gore dans cette fantasmagorie, mais attention pas de zombis en goguette. Nos morts ont quand même une hygiène corporelle et diététique, certes douteuse et propre à leur époque de naissance (ça fait drôle le mot propre dans cette phrase).

Pour moi, grand amateur d'histoire, camarade de collège et de lycée de Cromwell, du Duc de Guise, de Clovis et du Caravage (grand débauché même si illustre peintre), je me suis régalé et attend avec impatience le tome 2.

Attention de ne pas trop traîner vos guêtres du côté du CERN, ça craint…

4 commentaires:

  1. Mouais... ça a l'air sympa. Un énième avertissement aux apprentis sorciers ?

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Les deux suites : Portal et Floodgate ont été publiés aux USA... Donc une trilogie comme Will Piper et le "Livre des morts", etc...
      Les traductions sont en cours, soyons patients. Comme toi j'ai hâte de les lire surtout après avoir consulté les résumés en anglais sur amazon.com
      Il y a un autre livre hors trilogie qui est aussi paru : Near Death, brrr quel titre !!!!
      :o)

      Supprimer
    2. Merci Claude. Je compte sur toi pour nous informer des parutions en VF (j'en connais une qui ne va attendre).

      Supprimer