samedi 26 mars 2016

MOZART – Symphonie N° 36 "Linz" – Nikolaus HARNONCOURT (1984) – par Claude Toon



- Bonjour M'sieur Claude, le brouillon de l'article de samedi est prêt je vois. Ah, Nikolaus Harnoncourt, trois semaines après l'hommage lors de sa disparition, et… Mozart !
- Oui Sonia, Nikolaus Harnoncourt a enregistré un grand nombre de musiques des époques classique et romantique. Comme le premier article était consacré à Bach, donc au baroque, explorons une autre facette de son art…
- Et vous avez choisi une symphonie de Mozart surnommée "Linz", comme il y a une "Prague". Vous allez nous expliquer pourquoi je pense…
- C'est l'une des plus grandes symphonies du prodige, écrite sur "un coin de table" en quelques jours, une de mes préférées et l'une des plus jouées en concert.
- Ah je vois que l'enregistrement a été réalisé avec l'orchestre d'Amsterdam, c'était déjà le cas dans votre chronique pour les symphonies 40 et 41 "Jupiter" dirigées par Josef Krips, me semble-t-il ?
- Oui ma petite Sonia, vous avez une bonne mémoire. Mais ici l'orchestre sonne moins romantique, retrouve les couleurs expérimentées par le pionnier de l'interprétation authentique. Un très grand cru !

Pochette originale de 1984
XXXX
Dans les années 70-80, Nikolaus Harnoncourt avait acquis une telle notoriété qu'il vendait plus de disques que Herbert von Karajan "himself". C'est tout dire. La plupart de ces gravures de la première période de sa carrière ont été réalisées pour la firme Teldec et sont disponibles sous diverses présentations. Le hasard est parfois bénéfique quelques semaines avant la mort de ce musicien hors norme, j'avais acquis un coffret de quatre CD rassemblant les symphonies dites de la maturité de Mozart (35-41, il n'existe pas de 37) plus quelques bijoux antérieurs comme les symphonies N° 25 & 29. En fait, une mise en boîte de 4 CD parus de manière isolée, ce qui permet, chose peu courante dans les rééditions à bas coût, de disposer des livrets explicatifs.
Je ne reviens évidemment pas sur la biographie du pionnier de l'interprétation sur instruments anciens, ce dépoussiérage du pathos hérité de l'époque romantique, que le chef viennois avait entrepris dès les années 50. (Clic). Dans ce R.I.P., je proposais en illustration sonore du Bach, du Monteverdi (un renouveau tellement surprenant pour cette musique des années 1600 que la critique se déchaîna jusqu'à la déraison), mais aussi Mendelssohn et Bruckner, deux chefs de file du XIXème siècle romantique. Donc aujourd'hui, passage par l'époque classique relativement courte (1750 – 1806), le siècle des lumières où des génies comme Mozart, Haydn et C.P.E Bach fils vont révolutionner l'écriture en perfectionnant le solfège, les formes de compositions mais aussi l'inspiration. Ils vont commencer à délaisser l'opéra mythologique, le concerto grosso ou la musique religieuse pour une approche plus psychologique avec les opéras bouffe, les concertos et symphonies incluant une réflexion métaphysique.
Haydn (104 symphonies) et Mozart (une cinquantaine) vont inventer la symphonie moderne en étoffant la durée et la richesse du discours. Un formalisme qui perdurera jusqu'aux gigantesques fresques orchestrales de Mahler et même après. Le nombre de partitions inspirées par ce moule originel créé par les deux hommes doit se compter par millier…
J'ai préféré mettre en en-tête une photo de Nikolaus Harnoncourt au regard brillant d'intelligence plutôt que la jaquette du CD à l'esthétique médiocre.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mozart en 1783 (attribué à Joseph Hickel)
XXXX
La symphonie N°36 "Linz" K 425 est le résultat d'une aventure que seul le surdoué Mozart pouvait assumer.
1783 : Mozart a 27 ans et est marié depuis un an à Constance Weber, un mariage que papy Léopold Mozart désapprouvait. La vie à Vienne est tendue. Le père et le fils s'écrivent néanmoins ! Wolfgang Amadeus décide de se rendre à Salzbourg pendant la période estivale pour tenter d'enterrer la hache de guerre. Rien n'y fait, le mariage ayant eu lieu sans son consentement, Léopold reste inflexible. Mozart décide de rentrer à Vienne en faisant étape à Linz où le couple arrive le 30 octobre. On accueille chaleureusement les jeunes époux et on propose à Mozart de participer à un concert. En cette fin du XVIIIème siècle, les compositeurs ne voyagent pas en diligence avec leurs partitions d'orchestre, et encore moins avec un CD-Rom ou une clé USB. Mozart ne veut pas décevoir ses hôtes et va improviser.
Avec Mozart, improviser, c'est : composer une symphonie géniale, partitions et copies des musiciens, de quarante minutes (sa plus longue, la 5ème de Beethoven n'en fait que 35), et le tout en trois jours (60 double pages) !? Il écrit même à son père, qu'il aime beaucoup malgré les frictions : "j'ai composé à toute allure", doux euphémisme…
L'œuvre est créée le 4 novembre a priori en lecture directe à vue, sans répétition. On aurait pu s'attendre à un divertissement bourré de répétitions. Ce n'est pas le cas, mais pas du tout, le compositeur a couché sur les portées une des symphonies les plus populaires et élaborées. Et voilà comment cet ouvrage reçut le sous-titre de "Linz".
La symphonie reçoit la tonalité élémentaire de do majeur. Mon esprit facétieux s'interroge sur ce choix qui évite d'écrire une armure de # ou de ♭ à la clé. Mozart gagne-t-il du temps par tous les moyens ? Plus sérieusement, Mozart composait presque systématiquement en mode majeur mais, en avance sur son temps, les basculements majeur-mineur sont légions dans cette symphonie, à l'instar du futur Schubert.
L'orchestration est également typique de son style économe : 2 hautbois et 2 bassons ; 2 cors et 2 trompettes ; des cordes et deux timbales.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 - Adagio, Allegro con spirito : Première surprise, la symphonie s'ouvre sur un adagio majestueux ! Une suite de 3 accords f joués à l'unisson par tous les pupitres se poursuit par une méditation rythmée et secrète. Une introduction quasi mystique jamais entendue dans les 35 symphonies précédentes.
1ère page sur les 120 composées en 3 jours (de nos jours on les assemble par 2)
XXXX
Bien que pressé par le temps, Mozart innove dans sa manière d'attirer l'attention du public, de le rendre impatient de découvrir le climat de l'allegro. Plusieurs raisons se conjuguent pour justifier cette originalité. D'abord, la fréquentation de joseph Haydn qui a déjà expérimenté ce mode d'entrée en matière, ce désir de faire planer le mystère. Par ailleurs Mozart découvre les œuvres de Haendel qui était un fan de ce type d'ouverture à la française dans ses concertos grosso ou ses oratorios, tout comme Bach dans ses suites pour orchestre… La technique est "dangereuse" car : de solennel à pompeux, la limite est mince. Mozart, après trois mesures farouches et ténébreuses ponctuées par les timbales, développe une mélodie oscillant entre l'intimité et l'inquiétude. On dit souvent que Mozart écrit simplement et présente donc une grande difficulté d'exécution pour éviter le pathos voire la vacuité. Ici, Nikolaus Harnoncourt extrait tout le suc de ce chant épuré. Le chef équilibre merveilleusement le flot mélancolique des cordes avec les interventions touchantes des bois, du hautbois et surtout du basson très présent, jamais masqué par les cordes (c'est rare de bien entendre cet instrument au disque et même en salle). Pour clore ce sujet un peu technique, Beethoven reprendra le concept de l'adagio introductif dans sa première symphonie en 1800.
[1:47] l'allegro très enlevé commence entre enthousiasme et fureur. Mozart tourne le dos définitivement aux divertissements et sérénades qu'il affectionnait tant. À partir de motifs vigoureux, le flot musical s'élance comme un cheval au galop. La mélodie oscille entre félicité et sourde inquiétude par un jeu subtile de chromatismes, donc de transitions surprenantes et fantasques entre mode majeur et mineur. Une musique qui semble mugir. Mozart utilise toutes les ressources de sa petite harmonie, des cuivres et même des timbales (à la sonorité franche et sèche car vraisemblablement en peau naturelle ; Harnoncourt conserve les réflexes de sa révolution baroque…), timbales dont le rôle se révèle plus virtuose qu'à l'accoutumée. Nikolaus Harnoncourt malgré un tempo retenu (comme toute son interprétation), déchaîne avec une précision d'orfèvre les forces du Concertegbouw.

Linz en 1762
2 - Andante : Il est de nouveau surprenant que disposant de peu de temps pour composer, Mozart ait eu l'énergie et l'imagination au top pour écrire un andante aussi long, 14 minutes dans cette interprétation. Certes, une vaste reprise peut être omise, ce qui ramène la durée de ce mouvement à seulement 8' (Josef Krips avec le même orchestre en 1972). Harnoncourt choisit donc l'option "Divine longueur" comme chez Schubert. Oui, mais avec un tel brio que l'on ne s'en lasse pas…
Une mélodie aux cordes assombrie par la mélopée du basson établit un contraste saisissant avec la vélocité débridée de l'allegro. Les cors interviennent, si proches et si lointains par leurs crescendos opposant sonorités pastorales et chasseresses. Jamais lent, noté en fa majeur, gorgé de motifs contrastés, cet andante respire la quiétude, évoque une marche dans les forêts autrichiennes ou tout simplement la bonhomie proche de la truculence propre au caractère de Mozart.
Quelques passages plus sombres semblent rappeler la désillusion suite à la rencontre paternelle orageuse à Salzbourg. Mais la sérénité qui domine dans tout le mouvement montre un Mozart qui garde son optimisme. Harnoncourt articule avec ardeur le discours, continuant à donner la parole à chaque pupitre avec une science accomplie des nuances. Il est vrai que certains mélomanes trouveront inévitablement répétitive la reprise malgré la souplesse du flot musicale et la beauté des sonorités de l'orchestre d'Amsterdam. (Mesures 36 à 104, oui… quand même !)

3 - Menuet et Trio : Après ce long andante méditatif, Mozart nous propose l'un de ses menuets les plus mordants jamais écrits. Décidément, l'air de Linz lui a donné des ailes, et surtout une liberté de composition qui préfigure les grandes symphonies 38-41 à venir, ouvrages échappant totalement à un style de musique limité à l'unique vocation de divertir. Bref et d'une énergie folle, Mozart nous plonge dans l'ambiance survoltée d'une fête. La musique sautille et virevolte. La partition montre qu'à chaque note est associé un soupir ou demi-soupir donnant ce rythme staccato pour ne pas dire saccadé au menuet. Mozart danse, les fêtards tapent des pieds… Le trio offre un dialogue en duo ou des solos du hautbois et du basson que Harnoncourt dirige avec facéties. En 3'15, Mozart vient d'inventer le scherzo.

4 - Presto : Le final se présente de nouveau comme un presto halluciné et débridé d'une dizaine de minutes. Avec ses 416 mesures (2/4) et un tempo diabolique, Mozart pulvérise la densité usuelle des symphonies de son temps. Les mots seront fades : une farandole de thèmes voltige dans toutes les directions mais avec une clarté et une logique implacables. Dans cette précipitation, les cors et trompettes s'éclatent (dans tous les sens du terme), les cordes se bousculent et se pourchassent, passant de quelques mesures poétiques à des trilles endiablées. Mozart innove encore et toujours, conduisant l'orchestre à la limite de l'apoplexie orchestrale (marrante cette expression). J'ai entendu nombre d'interprétations vivifiantes, mais là, Nikolaus Harnoncourt outrepasse toute retenue, mais sans omettre le moindre détail ludique, en allégeant, grâce à un legato sur le fil du rasoir, cette frénésie qui annonce la fugue survoltée concluant la symphonie "Jupiter" de 1788.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Cet article étant consacré à l'art de Nikolaus Harnoncourt, je ne m'étendrai pas sur une discographie alternative. Peu de chef ont enregistré cette symphonie en conservant les reprises. Certes, on gagne en concision, notamment dans l'andante. Mais si Mozart les a prévues… Et puis la discographie des symphonies mozartiennes est bien connue : Bruno Walter et Otto Klemperer pour les nostalgiques du style "romantique" mais sans pathos ; Karl Böhm pour l'intelligence malicieuse du phrasé, Josef Krips : l'élégance viennoise. Je me ferai le défenseur de la gravure de Charles Mackerras avec le Scottish Chamber Orchestra, qui redonne des couleurs authentiques à cette œuvre tout en respectant les reprises à l'instar de Nikolaus Harnoncourt. Le seul rival à mon sens dans le style "classique".
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



2 commentaires:

  1. On pourrait ajouter la version de Fritz Reiner, qui n'a pas pris une ride -ses symphonies de Mozart sont d'ailleurs toutes superbes, précises, lumineuses et pleines de fougue.
    Bravo pour vos articles, toujours passionnants.
    Je me suis permis de référencer Le Deblocnotes sur mon blog, Jefopera.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces encouragements…

    Je viens d'ajouter le lien vers votre blog dans notre liste des blogs partenaires (onglets Contacts / Liens) Je vais visiter Jefopera avec gourmandise…

    Oui Fritz Reiner ou la transparence et le tempérament fougueux (quoique le presto en 4'40'… un peu furioso à mon goût :o) ; 23' la symphonies – sans les reprises au lieu de 40' pour Harnoncourt… )

    Encore merci et à bientôt

    RépondreSupprimer