lundi 2 novembre 2015

MYLÈNE FARMER - DVD Live "Avant que l'ombre..." (2006)‏ – Par Vincent le Chaméléon



La porte ? Aussitôt ouverte, aussitôt reFarmer

Je vous l'assure, je ne suis pas l'un de ces anti Mylène Farmer qui aurait décidé de se faire les dents sur l'artiste, tant il est aisément facile de dénigrer la carrière et la personnalité d'une chanteuse telle que celle-ci. J'en conviens, l'aspect érotico-gothico-larmoyant de la Miss peut finir par agacer au plus haut point, même chez les plus endurcis. Surtout après toutes ces années à œuvrer sur les mêmes thématiques.


Ce n'est pourtant pas faute que l'on m'ait vanté les qualités du spectacle. Le meilleur du meilleur de Mylène m'avait-on dit...
Alors d'accord, côté décorum, surenchères visuelles, lumières, costumes et artifices en tous genres, ce Live de la tournée "Avant que l'ombre..." ne fait clairement pas dans la demi-mesure et aura de quoi vous en mettre plein les mirettes. Du côté de la prestation en elle-même, là c'est autre chose. Moi qui en étais resté au Live de la tournée "Anamorphosée", je me suis vite aperçu que Mylène Farmer tirait sur les mêmes ficelles depuis maintenant 10 ans.
- L'intro à rallonge et répétitive (7 mn au compteur !!!) : Mylène descendant des cintres dans un cercueil en verre porté par 6 hommes. Puis traversant un pont pour rejoindre la scène centrale avant d'ouvrir enfin les yeux d'un regard digne d'un comte de Walt Disney. Bonjour la mégalomanie ! (à voir ci-dessous).
- La séquence émotion avec la petite larme bien téléphonée sur fond de piano mélan-colique.
- Puis c'est (à nouveau) le tour de la séquence "Fan de". Et c'est une gentille jeune fille qui aura eu cette fois-ci la chance de monter sur la scène pour venir se camper aux côtés de la chanteuse (et on se tient la maiiin !!!). Attention ! Interdiction d'accompagner l'idole au micro. Ça pourrait sonner faux sur la vidéo.

Au moins, le final est-il des plus réussi. La chanson ("Avant que l'ombre...") est belle, et la surprise de taille avec ce mur d'eau véritablement impressionnant. Les Bonus du DVD s'avèrent d'ailleurs des plus intéressants quant à la création (entre autres) de celui-ci. Un sacré boulot !


Mais revenons à la musique...

Du côté des chorégraphies, là non plus, pas de changements notables depuis la dernière fois. Zéro renouvellement chez la Dame. Pour tout vous dire, c'est à peu près digne d'un niveau "première année de danse contemporaine". Embaucher 8 professionnelles, venues spécialement des Etats Unis, pour faire ça, voilà qui me pose encore question.
Musicalement, on se demande aussi comment le répertoire aura été pensé pour ces 13 représentations exceptionnelles à Bercy. Son agencement n'ayant ni queue ni tête. Mais comme disait l'une de ses chansons, 10 ans plus tôt : "Mylène s'en fout".
Pire que tout, certains classiques de la chanteuse, dans leurs nouveaux arrangements, sont carrément moins biens que les originaux. À commencer par le bien nommé "Désenchanté".
Au niveau de la direction musicale (toujours confié au même Yvan Cassar), elle est noyée dans un tel déluge de programmations, que non seulement la batterie du bûcheron Abraham Laboriel Jr, lointaine, est des plus mal servie, mais que s'en est à se demander ce que fiche également un percussionniste ici.
Une fois encore, comparez avec le Live de ce même Bercy, en 1996, sur la tournée Anamorphosée et voyez. Voilà qui était autrement plus dynamique et distrayant. Idem sur la tournée suivante du Millenium Tour. Encore que pour ce dernier, la scénographie n'avait rien de renversante, si ce n'est la statue gigantesque, œuvre de H.R Giger (Alien). 

Plus tard, la toujours très jolie Mylène nous apprendra que son bassiste est, lui, Irlandais. Ok ! Mais où se situe l’intérêt d'aller chercher des musiciens aussi loin, quand on a largement l'équivalent chez nous. D'autant qu'on ne l'entend même pas en plus. Ça fait classe dites-vous ?
Vous l'aurez compris, je suis parmi les quelques rares personnes à qui ce concert aura franchement déplu. En venir à bout se sera même avéré être un vrai calvaire, sinon une épreuve pour moi (sauvez in-extremis par son final).
Je vous épargnerai mon sentiment quant à l'intérêt d'avoir aussi intégré pour ce genre de spectacle, une troupe de danseurs de flamenco a plusieurs moments dans le show. Voilà qui m'échappe encore !



4 commentaires:

  1. Vincent, tu as chroniqué la vidéo et non le concert dans la salle à Bercy. En décembre 2006, j'étais dans la salle (A 10 mètre de la scène en hauteur, donc très bien placé) pour voir la belle descendre des cintres du POPB et bien sur après j'ai acheté la vidéo (Avec, il faut l'avouer un beau pakatching !) à sa sortie. D'accord, elle reprend toujours les mêmes ficelles, mais c'est un peut ce que ses fans attendent, c'est comme si Deep Purple ne jouait pas "Smoke on the water" en concert ! Mais ce n'est pas le pire concert de Mylène Farmer, J'étais au Stade de France en 2009 et la ça devenais plus les jeux du cirque qu'autre chose et pour la tournée "Timeless 2013", je me suis abstenus, j'ai d'ailleurs depuis pris mes distances avec la chanteuse rousse, mais je ne renie pas ses spectacles et il faut au moins l'avoir vue une fois dans sa vie. Il y a peut d'artiste qui puissent attirer autant de monde pendant une tournée (170.000 pour les 13 dates de la tournée "Avant que l'ombre...") des tickets vendus en quelques heures et un an à l'avance. On aime ou on n'aime pas mais il faut avouer que Mylène Farmer est quand même une bête de scène !

    RépondreSupprimer
  2. Et c'est justement pour toutes ces (tes) raisons invoquées ici Pat (et quelques autres aussi) que je prépare une autre chronique sur la tournée "Timeless" de 2013. Et là crois moi, se sera ce qui s'appel contre-balancer avec tout ce que j'ai pu écrire plus haut.

    A suivre donc...

    RépondreSupprimer
  3. Houlâ, on a des prof qui se pourfendre.

    RépondreSupprimer
  4. Je te sent tout chancelant tout d'un coup HRT !

    RépondreSupprimer