jeudi 12 novembre 2015

Mylène FARMER - Double DVD "Timeless" (2013) – par Vincent le Chaméléon



Particules élémentaires
De suites d'accords en pléthore de records... Soyons raccord

L'autre jour, en vous faisant part de ma déconvenue du DVD de la tournée Avant que l'ombre..., je m'en voulais presque de vous en avoir parlé avec autant de désappointement. D'autant que comme je l'avais tout de même souligné dans mon commentaire, s'il est bien une artiste qui ne regarde pas à la dépense et en donne clairement pour son argent à son public, c'est bien Mylène. Honnêtement, même si l'on déteste le style musical de la chanteuse, qui, parmi tous ceux et toutes celles qui ont débuté leur carrière en même temps qu'elle, peut encore se targuer de rassembler autant de fans lors de ses spectacles ? Chez les femmes, aucune ! Une telle dévotion chez un artiste français, il n'y a bien que chez Johnny que l'on peut encore en compter.
Et puis, alors que sort ces jours ci son nouvel album Interstellaire (son dixième album soit dit en passant), il est impressionnant de constater le nombre d'albums que continue de vendre la Dame à chaque nouvelle parution. Au bas mot, ce sont en moyenne quelques 600 000 copies qui s'écoulent à chaque fois. A l'heure du téléchargement en ligne et de la chute vertigineuse du support disque, voilà qui convient d'être considéré avec encore plus de respect. Et que l'on ne vienne plus nous dire que c'est grâce à la diffusion de ses œuvres en radio... C'est archi faux ! Je n'ai plus entendu de singles de la chanteuse sur les ondes depuis au moins 10 ans ! Quant à ses apparitions TV, elles ont toujours été extrêmement rares. Ce serait donc lui faire un faux procès que de prétendre que cela contribue à augmenter ses ventes, ou à susciter un intérêt croissant chez le potentiel acheteur. Faut quand même pas pousser mémé...

XXXX
Et puis Mylène Farmer a justement cette élégance-là : celle qui consiste à venir chercher la lumière (sur scène) uniquement lorsqu'elle a véritablement quelque chose à proposer et à offrir de vraiment nouveau. Contrairement à ses congénères, qui, pour beaucoup, ne manquent pas une occasion de bouffer à tous les râteliers. N'est-ce pas messieurs Les Enfoirés ?! Mylène, elle, continuera donc jusqu'au bout de construire son mythe, loin de toutes connivences et autres agitations médiatiques en tous genres. Comme si elle savait, mieux que quiconque, à quel point le silence peut être d'or.
Voilà sans doute aussi pourquoi Mylène Farmer continue de captiver et d'attirer les foules à chacun de ses spectacles. Elle sait se faire rare et se rendre donc encore plus précieuse aux yeux de ceux qui la suivent. 
Hormis pour L'autre… et Bleu Noir, tous les albums de Mylène auront donné lieu à chaque fois à une tournée gigantesque où les tickets se seront toujours vendus par dizaines de milliers en des temps records. Les 13 dates des concerts de Bercy en 2006 furent ainsi intégralement vendues 1 an auparavant. De quoi en laisser plus d'un dubitatif, n'est-ce pas ? Moi le premier.

Ça se voit et ça s'entend !

Pour cette nouvelle et sixième tournée, Mylène Farmer et son équipe ont eu la grande intelligence de repenser de fond en comble ce nouveau spectacle. Continuer de surprendre et d'émerveiller, encore et toujours, et ce afin de promouvoir dignement le dernier album en date (2013), Monkey Me. Qu'on se le dise : Opération pleinement réussie ici, je peux vous  le garantir.
Outre la très très belle présentation de l'édition DVD qui en découlerait, cette tournée TIMELESS 2013, immortalisée dans la magnifique enceinte de La Halle Tony Garnier de Lyon, est tout bonnement sidérante de beauté. Car un concert de Mylène Farmer n'est justement pas tout a fait un concert comme les autres. C'est bien autre chose. Et/ou bien d'autres choses ! Visuelles, émotionnelles, et qui confine presque au mystique autant qu'au sacré.

Entrons maintenant dans le vif du sujet : Le show.

Le premier bon choix apporté ici vient tout simplement du répertoire proposé ce soir-là par Mylène. La chanteuse aura déjà eu cette audace-là : celle d'offrir un répertoire fortement remanié et très axé sur ses dernières productions. Ses deux derniers albums, Bleu Noir et Monkey Me, constituant à eux seul près d'un tiers du répertoire joué ce soir-là. Voilà ce qui s'appelle déjà ne pas se reposer sur ses acquis. Pour vous dire, sur les quelques 23 morceaux interprétés durant le show, je n'en connaissais finalement qu'un petit tiers. Autant dire que j'étais des plus sceptique au moment où je m'apprêtais à ingurgiter ces 2 heures de concert. Allais-je devoir subir le même genre de pénibilité que lors du visionnage de sa tournée précédente ? La réponse ici est fort heureusement: NOOON !!! Mais vous l'aviez déjà compris je pense ?
L'autre très bon choix fait sur cette tournée vient du fait que, grâce à la disposition de la scène et de son absence de décor(um) en tout genre, cette fois ci enfin, on voit et on entend distinctement tout le groupe accompagnant Mylène. Alléluia ! Tout sonne en plus à merveille. Sans compter sur le fait que voir les musiciens en rangs serrés sur une scène aux dimensions beaucoup plus humaines, sans que tous ne finissent pas par se fondre aveuglément dans de trop lourds décors, tout cela contribue aisément à accroitre mon plaisir télévisuel. 
Le reste est à l'avenant: Que ce soit au niveau des lumières ou des créations graphiques qui illustrent la plupart des morceaux de la chanteuse, c'est un véritable ravissement pour nos yeux. Que dis-je ? Un émerveillement de chaque instant. 
Il fallait vraiment que ce DVD face aussi office d'éclairage sur le travail colossal et extraordinaire de tous ceux qui ont fortement œuvré à l'élaboration d'un spectacle tel que celui-là. Devant ces images, on ne peut qu'être captivé et hypnotisé d'un titre à l'autre par ce que je considère ici comme de véritables œuvres d'art : Des tableaux vivants en somme. Quand je vois ce que des artistes (tous Français), et de tous horizons, sont capable de faire pour mettre en place un spectacle comme celui-là, je me dis que nous n'avons définitivement plus rien à envier aux plus grosses productions venues des Etats Unis ou d'ailleurs.

TIMELESS est plus qu'un concert. C'est un grand, beau et majestueux divertissement totalement unique. Surtout, Une vraie machine à rêver.     

Sans temps mort.

Il est en effet assez stupéfiant de voir à quel point, orchestrées comme elles le sont, ces 2 heures se seront écoulées comme si le temps s'était arrêté. Timeless !!!

Je doute que Mylène Farmer ait entendu un jour les mots prononcés par le guitariste de Toto. Mais voilà ce qu'il disait à propos des concerts il y a quelques années de ça : "Il y a deux choses importantes qui priment avant toute autre chose quand on monte sur une scène : Soigner son entrée et réussir sa sortie". Et si il est bien une chose qui ne laissera jamais personne indifférent dans un concert de la sensuelle chanteuse, c'est bien ces deux aspects là.

Sans énumérer bien évidemment le contenu intégral d'un tel spectacle, je veux souligner ici que jamais aucune captation de Mylène ne l'avait rendue aussi proche de son public. A ce sujet, la réalisation est tout simplement magistrale car elle offre à voir ce qu'attend le public dans toute sa pluralité (les fans dévoués corps et âmes, la nouvelle génération, les quadras, les quinquagénaires, la communauté gay évidemment, etc.) ; et ce, de leur entrée aux abords de la salle jusqu'au moment où tous regagnent la sortie. Il est ainsi assez émouvant de voir et de lire l'expression sur nombre de ces visages. Les larmes se mêlent ainsi aux silhouettes prostrées ou enlacées. D'autres étant carrément dans un état second. Assommé, groggy, abasourdi par ce qui vient d'être vécu avec l'artiste. Celle-là même qui, quelques instants auparavant, sur les dernières notes de "Rêver", s'évaporait dans un panache de fumée digne de celle d'une fusée sur le point de décoller. Direction... Les étoiles. Ce soir-là, comme elle nous était apparu 2 heures auparavant, dans ce qui ressemble assez à un accélérateur de particules (voir la jacket), et comme venue des tréfonds de l'immensité, bien au-dessus de la voie lacté, Mylène, telle une étoile filante, s'en était retournée par-delà les nuages se poser quelque part dans un recoin de notre imaginaire et de notre psyché.

Mais revenons sur la terre ferme si vous le voulez bien...
Tout au long du spectacle, on chante, on danse et l'on s'enivre à l'unisson aux rythmes de ces airs Pop, Rock, Ambiants et Electro de l'iconique Mylène Farmer. Autant dire que sa musique ne joue clairement pas la carte de la redite d'un titre à l'autre. On navigue donc entre tradition (les ballades piano/voix) et sonorités contemporaines ultra moderne, a grands coup de loops, boucles rythmiques et autres sons de synthés de dernières générations. Je vous rassure, il y a aussi de vraies belles guitares et un vrai batteur qui cogne dur comme fer, je vous le garantis.  
Evidemment on ne retirera pas d'un concert de Mylène quelques séquences où l'émotion atteint son point culminant sur fond de "grands cris d'amour et de chaudes larmes". Cela faisant partie intégrante de "l'univers Mylène" depuis ses tout débuts (il y a 30 ans déjà !). Un concert de Mylène sans quelques-uns de ces moments clé ? Vous n'y pensez quand même pas ?  
Dans l'univers de la star, on peut facilement se laisser emporter, aimer beaucoup un titre et le suivant puis un nettement moins l'instant d'après, tandis que le vertige reviendra de nouveau vous tourner les sangs sur l'une des mélodies suivantes. Voilà ce qui s'appelle en définitif un spectacle vivant.
Il faut aussi savoir que le show est parfois agrémenté de quelques interludes musicaux chorégraphiés (faut bien que la Dame se change pendant ce temps-là !). Cette fois-ci, très réussis dans leur globalité (danseurs, robots), ces interludes apportent une vraie plus-value à un show millimétré dans les moindres détails. Ces interludes sont également l'occasion de mettre particulièrement en valeur les musiciens de cette tournée, grâce notamment à quelques pièces musicales de hautes volées, à vous faire dresser les poils de sur les bras. Ecoutez donc le final émotionnel de "Et pourtant..." ou la montée en puissance de "Diabolique mon Ange". Vous m'en direz des nouvelles. On flirte même avec l'esprit progressif d'un Pink Floyd sur le final de ce dernier.  

Sans contrefaçon    

Confié pour la seconde fois à Jean Paul Gaultier, les costumes de Mylène ne jouent plus véritablement sur l'aspect vampe sulfureuse et scandaleuse de ses productions passées. Tant mieux ! Non pas qu'elle ait délibérément cherchée à se camoufler un peu plus que d'ordinaire. La plastique de la chanteuse étant toujours ce qu'elle est : C'est à dire superbe (le bistouri étant sans doute passer par là. Mylène ayant passé la cinquantaine un ou deux ans auparavant).
Quoi qu'il en soit, si tout n'est pas forcément réussi chez le couturier, il est une chose qui m'aura frappé, c'est que Mylène y apparaisse plus naturelle que jamais dans toute sa sensuelle féminité. Point de coiffure excentrique cette fois. Pas de maquillage outrancier cette fois-ci non plus. Une belle au naturel en somme. Et puis sa voix elle-même a gagnée en sensibilité et en justesse je trouve. On comprend enfin ce qu'elle chante ! C'est d'ailleurs particulièrement flagrant sur un titre tel que "Comme J'ai Mal" ou encore "XXL". Diantre ! La diablesse continue même de progresser dans ce domaine ? 
Du côté du répertoire, je savoure de la même manière les nouveaux arrangements des incontournables standards que sont "Désenchanté", "Je T'aime Mélancolie", ou encore ceux de "Sans Contrefaçon". Quant à tous ces morceaux dont je n'avais jamais pris connaissance jusqu'à ce jour, j'avoue qu'ils ont été nombreux à trouver grâce également à mes oreilles. Citons pêle-mêle, le très frais et dansant "C'est une Belle Journée". Le suivant "Monkey Me". Ce joli texte aussi sur la différence ou la difficulté de parvenir à s'accepter tel que nous sommes dans "Elle a dit". Ou encore le recueillement de "Je te dis tout" tout comme l'envoutant "Et pourtant..."
Voilà qui constitue pour moi quelques morceaux de choix et qui auront contribués à me faire passer un moment de pur plaisir. Plaisir que j'aurai reconduit 4 fois déjà depuis l'acquisition récente de ce bel objet, et qui se présente sous la forme d'un fourreau en carton très épais (solide donc) ou se loge un livret de quelques 18 pages... Avec évidemment le concert + 1 DVD sur toutes les coulisses et préparatifs d'une aventure comme celle-ci.

Tiens j'y pense tout à coup ! Avant de vous laisser, je m'aperçois que je ne vous ai même pas parlé des 2 invités de marques venus soutenir Mylène. Tout d'abord Moby (pour un  duo certes virtuel mais des plus réussi), mais aussi et surtout un certain Gary Jules. Ecouter-le interpréter cette version a capella d'un vieux titre de Tears for Fears qu'il avait initialement chanté pour la B.O du film Donny Darko je crois: "Mad World" est à vous filer la chair de poule !
Puis de chanter à nouveau avec Mylène sur le titre suivant, "Les Mots", avec la même intensité et toujours cette voix venue d'on ne sait où. Encore un moment d'une grande intensité, sans pour une fois le moindre artifice scénographique. Comme quoi...

Voilà les ami(e)s, avec tout ça, maintenant, c'est vraiment à vous de voir.         





16 commentaires:

  1. ... gasp... le... oui... non.... rrrrrrrrrrr....... je, je...... c'est que...... mais......

    RépondreSupprimer
  2. Le contraire m'aurait étonné Bruno. Et pourtant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui... mais pourtant... je.... argghhh... couic!
      (désolé)

      Supprimer
    2. vite! de l’oxygène pour Bruno!

      Supprimer
  3. MDR ! C'est drôle a quelle point j'attendais ce genre de réaction épidermique de la part de certain.Toi en premier lieu d'ailleurs Rockin. Bon ben c'est Bruno qui aura craqué le premier finalement. Tout le monde peut ce tromper ! :-))
    En revanche c'est Pat qui doit se sentir mieux tout a coup. LOL !

    On peut pas plaire à tous le monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois avouer que je regrette presque de ne pas avoir été à ce spectacle. Le light Show avait l'air fabuleux et la version de XXL est super ! Vincent, tu remontes dans mon estime ! :D

      Supprimer
    2. bah tu sais Vincent je me suis calmé...même si ce n'est pas ma tasse de cidre je respecte l'artiste et je respecte ton enthousiasme. Quant à Bruno je lui conseille une bonne cure de Leaf Hound, Yesterday's Children, Buffalo et Three man army a chaque repas pendant une semaine, et il se sentira mieux....

      Supprimer
  4. Rajoute un chapeau melon au batteur et il ressemblera à Jason Bonham

    RépondreSupprimer
  5. Merci Rockin ! (intérieurement je ri quand même beaucoup: Surtout de moi même.). Je suis taquin a mes heures je l'avoue. Euh ! Bruno... Donnes nous quand même de tes nouvelles quand tu auras retrouvé tes esprits.

    Pat: Je dois avouer que j'ai beaucoup pensé a toi lors du visionnage du spectacle. surtout après les remarques que tu avais formulé sous mon autre com de Mylène 2 semaines auparavant. Ce gros plaidoyer en faveur de Mylène est presque une "spéciale dédicace" a ton intention. En tout cas tu sais ce que tu peux offrir a ta fille pour le Noël de cette année... A condition bien sûr d'être équipé du matériel adapté tant l'image comme le son sont tous les deux étourdissants. Du grand art, qui devrait même temporiser ton enthousiasme quant a son avant-dernière tournée. Celle auquel tu avais assisté en 2006. Je te laisse en juger par toi même.

    Vrai que le batteur a des airs de Bonzo. Et il ne fait pas pâle figure en comparaison de son prédécesseur. Le sumo Abraham Laboriel Jr.

    Le meilleur spectacle de Mylène épicétou.

    RépondreSupprimer
  6. Des nouvelles ?
    Oui, en voilà : GÄÄÂÂÄHHHHaaaaaLLLAAAAARRRGGGG !!!!! Ma hache ! Mon bouclier ! Mon épée ! Ma bière ! Sus !! YYYYaaaarhhhhhh !!!

    RépondreSupprimer
  7. Du repos Bruno... beaucoup de repos. Je vois que ça. ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Je vais avoir du mal a offrir le DVD à ma fille, elle a depuis diversifié ses goûts, maintenant elle écouterait plus Motörhead et Rage Against the Machine, mais merci pour la dédicace !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Motorhead et RATM ! elle est bien cette petite, elle est bien !

      Supprimer
    2. Les influences du papa ! :D

      Supprimer
  9. Saches Pat que l'on revient toujours a ses premiers amours. Un jour ou l'autre.

    Mais Motörhead c'est 'achement bien aussi hein ! Avec quelques 15 albums et 3 DVD a mon actif, je sais de quoi je parle. Mais on dérive là, on dérive. Comme quoi Mylène mène a tout. ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Euh ! sinon Bruno... Mylène a repris a sa sauce un morceau des Chip Trick sur son dernier album paraît-il. Tu veux vraiment pas tenter ?

    RépondreSupprimer