dimanche 5 décembre 2010

Saga MAGMA, Part I, par Christian Selmogue


Lorsque John Coltrane meurt à l’été 1967, le monde s’écroule autour du jeune Christian Vander (photo ci contre). Le batteur, qui habite à Turin, décide de mourir. Comment pourrait-on continuer à vivre lorsque la personne que vous admirez le plus au monde n’est plus là ? Christian se laisse dépérir, il ne se nourrit plus. Puis, à un moment de son délire un besoin impératif se fait sentir. Il doit vivre. il doit retourner à paris. Immédiatement. Une chose étrange bouillonne en lui, une chose à laquelle il doit absolument donner vie. Durant 2 années Vander cherchera à retranscrire ce qu’il entend. Cette langue inconnue, cette musique inconnue. Très vite il comprend que ce sera l’œuvre de sa vie. Qu’il est impossible d’ignorer ce qu’il se passe en lui. Petit à petit la musique prend forme. Il s’entoure de jeunes musiciens avec lesquels il répète durant des heures, dans des conditions assez spartiates. Il leur faudra plusieurs mois de répétitions avant de proposer leur musique. Vander impose à sa troupe un régime quasi militaire. Certains craquent et quittent le navire. D’autres, convaincus par l’originalité de la musique naissante serrent les dents et continuent.



Le groupe sort son 1er album en 1969, il est produit par Lee Hallyday, l’oncle de Johnny.

(photo de Jacques Aubert)









KOBAIA est un double album à la pochette agressive. On y voit un dessin où une serre d’aigle broie foule, avions, immeubles et sur la pochette intérieure le groupe piétine une foule. La musique proposée est âpre, violente, sans concession. On est à des années du "Flower power " alors en vogue. Pas de chichis chez Magma, on va tout de suite à l’essentiel. Les réactions au disque sont sans nuance. On adore, on déteste. Pas de milieu. Ça tombe bien Magma hait les tièdes. Dans l’une de ses 1ères interviews, Vander déclare que chaque coup de cymbale est fait pour tuer. En concert le groupe apparait entièrement vêtu de noir. Les musiciens ne parlent pas au public. Le spectacle semble menaçant, agressif, haineux. Parfois le concert doit être interrompu, adversaires et soutiens du groupe en viennent aux mains, les musiciens n’étant pas les derniers à participer à la bagarre. Très vite un pénible leitmotiv apparait : " magma facho" . il est vrai que la langue que Magma emploie peut rappeler l’allemand et lorsqu’elle est éructée, sa phonétique peut rappeler les discours hitlériens. De plus Vander ne fait rien pour arranger les choses, au contraire. Sur les photos Magma est vêtu de longs manteaux de cuir, qui rappellent la gestapo. A cause de cette réputation le groupe verra sa notoriété toujours inférieure à ce qu’elle aurait dû être. Circonstance aggravante, les fans de Magma en rajoutent une couche. Pour eux seul ce groupe est "valable" , seul ce groupe fait de la vraie musique. Petit à petit se forme une élite "Kobaienne" , une troupe aristocratique qui regarde de haut l’auditeur de base.



Le second album 1001 DEGRES CENTIGRADES sort en 1971. Epuisés par la vie incohérente qu’ils mènent plusieurs musiciens ont quitté le navire, d’autres partiront sitôt l’enregistrement de "1001" terminé. Pourtant Magma entame une nouvelle tournée. le succès, bien que très modeste est réel. En 1973 sort ce qui sera l’album culte de Magma : " mekanik destruktiw kommandoh" . Christian Vander à fait la connaissance d’un bassiste fascinant, Jannick Top. Top est l’exact alter ego de Vander. Avec Top, Vander est persuadé que Magma possède LA section rythmique permettant l’éclosion du grand œuvre, dans le sens alchimique du terme. Las Jannick Top quittera Magma tout de suite après l’enregistrement de " Kontarkosz ", fatigué des tournées, fatigué de l’incompréhension du public et des médias. La musique de Magma rebute bon nombre d’observateurs. Ouvrons une parenthèse. Si Magma a influencé bon nombre de groupes : Art Zoyd, Univers Zéro, Vortex etc.. et de musiciens, d’autres ne sont absolument pas sensible à son "cirque". Ainsi Guigou Chenevier, batteur du groupe "Etron fou leloublan" mime les grimaces de Vander au cours d’un solo ou il tape sur des bidons de régilait vides. Le collectif marseillais "Baricades" se fend même d’une parodie de "mdk" : " mekanik depannaj des woituhrs ", fin de la parenthèse.



En 1976 sort UDU WUDU, Top est revenu et Vander lui propose de devenir co leader de Magma ensemble ils composent " De futura" , l’une des plus belles pièces du groupe. Hélas, ce sera un échec. Top s’en va. Il ne reviendra plus. Pourtant Vander continue, en 1977 sort ATTAHK. On est en pleine explosion punk. Magma raccourci ses morceaux, cherche un nouveau public, un nouveau souffle.

Puis viennent les 80’s et un drôle d’épisode. Klaus blasquiz , le chanteur des origines, souhaite que Magma devienne plus populaire, plus accessible, moins martial et ésotérique. Vander n’est pas convaincu, les autres musiciens plutôt d’accord. Vander cède, finis les austères costumes noirs, désormais Magma apparait en tenues chamarrées, proches de "Kool and the gang " ou "Earth wind and fire" , la musique est plus accessible. Le nouveau morceau symbolisant cette nouvelle ère est : Rétrovision .


Magma, après avoir fêté ses 10ans à l’olympia en 1980, se produit l’année suivante à Bobino, avec de nouveaux musiciens. La déception est de taille. Magma a " lightisé " sa musique. Le groupe est en bout de course. Il apparait totalement déphasé,dépassé, anachronique, fatigué. Son nouveau look n’a convaincu personne. Vander en est conscient. Il met Magma en sourdine. Il faudra attendre 1984 et l’album MERCI pour entendre à nouveau le groupe. Christian Vander fonde alors le groupe Offering, exit Magma. On pense qu’il est définitivement perdu. Et puis, miracle, christian Vander remonte Magma à la fin des années 90. Le groupe tourne à nouveau. En 2005 sort un nouvel album "K.A ", composé vers 1972. Autre miracle, débarrassé de ses oripeaux extrémistes la formation de christian vander conquiert un nouveau et jeune public. Le groupe tourne beaucoup, concerts mémorables à l’Alhambra et à l’Olympia, fête ses 40ans au Casino de Paris et sort un nouvel album fin 2009 : "Emennhtett –re" .


Christian Vander dans sa forêt de cymbales.


Magma est bien vivant et en pleine santé. Le futur s’annonce bien.
A suivre, je reviendrai bientôt plus en détail sur la discographie du groupe.

Ci dessous " Otis" enregistré en 2007


2 commentaires:

  1. Félicitations pour tes débuts dans ces pages Ô Ami Kobaïen ! J'ai répondu à ton message Zeuhl sur "UNE SECONDE, ET L’ÉTERNITÉ".

    A vie, à mort et après.

    RépondreSupprimer
  2. bravo....encore.....a vie et après !

    RépondreSupprimer